L'exécutif européen a adressé à Google deux "communications des griefs" --l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois--, pour pratiques anticoncurrentielles, l'une concernant ses pratiques publicitaires, l'autre son service de comparaison de prix. La Commission européenne avait déjà adressé une "communication des griefs" en avril dernier à Google, qu'elle soupçonnait d'abus de position dominante avec son système d'exploitation Android. En posant cet acte juridique, la Commission précisait ce qu'elle reproche à l'entreprise en matière de droit de la concurrence et lui offrait la possibilité de bâtir sa défense, avant une éventuelle sanction. Mercredi, la Commission européenne avait accordé un délai supplémentaire au géant américain pour qu'il puisse répondre à ces accusations. (Belga)

L'exécutif européen a adressé à Google deux "communications des griefs" --l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois--, pour pratiques anticoncurrentielles, l'une concernant ses pratiques publicitaires, l'autre son service de comparaison de prix. La Commission européenne avait déjà adressé une "communication des griefs" en avril dernier à Google, qu'elle soupçonnait d'abus de position dominante avec son système d'exploitation Android. En posant cet acte juridique, la Commission précisait ce qu'elle reproche à l'entreprise en matière de droit de la concurrence et lui offrait la possibilité de bâtir sa défense, avant une éventuelle sanction. Mercredi, la Commission européenne avait accordé un délai supplémentaire au géant américain pour qu'il puisse répondre à ces accusations. (Belga)