Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité, espère que la dernière date de réouverture définitive annoncée fin avril, après deux reports, sera respectée. Elle est prévue durant l'été, avant la rentrée scolaire de septembre. La partie Poelaert du tunnel a été fermée à la circulation en janvier dernier, après la chute de blocs de béton. Les ouvriers détruisent en profondeur, par hydro-démolition, le béton dégradé de la toiture. Ils nettoient les armatures existantes et en mettent de nouvelles en place, puis projettent du béton sur ces installations. Le chantier avance par tranche pour ne pas mettre à mal la structure de l'ouvrage, et se divise en 4 phases. Les ouvriers travaillent actuellement sur la phase 2. "On a pu se rendre compte de l'état de décrépitude et à quel point il y avait urgence de travailler", a constaté le président de la commission Boris Dilliès à l'issue de la visite. "Le chantier a l'air actif, mais les travaux sont longs et importants parce qu'il y a eu un manquement d'entretien. Les choses sont aujourd'hui prises en main, ce qui est toutefois positif". La commission suivra les travaux du tunnel Stéphanie, et l'évolution de l'entretien de l'ensemble des tunnels. (Belga)

Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité, espère que la dernière date de réouverture définitive annoncée fin avril, après deux reports, sera respectée. Elle est prévue durant l'été, avant la rentrée scolaire de septembre. La partie Poelaert du tunnel a été fermée à la circulation en janvier dernier, après la chute de blocs de béton. Les ouvriers détruisent en profondeur, par hydro-démolition, le béton dégradé de la toiture. Ils nettoient les armatures existantes et en mettent de nouvelles en place, puis projettent du béton sur ces installations. Le chantier avance par tranche pour ne pas mettre à mal la structure de l'ouvrage, et se divise en 4 phases. Les ouvriers travaillent actuellement sur la phase 2. "On a pu se rendre compte de l'état de décrépitude et à quel point il y avait urgence de travailler", a constaté le président de la commission Boris Dilliès à l'issue de la visite. "Le chantier a l'air actif, mais les travaux sont longs et importants parce qu'il y a eu un manquement d'entretien. Les choses sont aujourd'hui prises en main, ce qui est toutefois positif". La commission suivra les travaux du tunnel Stéphanie, et l'évolution de l'entretien de l'ensemble des tunnels. (Belga)