L'"incident grave" s'est déroulé le 5 octobre 2016 à 20h41. A cet instant, les avions décollaient sur la piste 07R tandis que les atterrissages s'effectuaient sur la piste 01. Ces deux pistes se croisent. Un avion d'Air Dolomiti, volant pour le compte de Lufthansa, avait reçu l'instruction du contrôleur aérien de se préparer au départ. Le décollage devait se produire après l'atterrissage d'un appareil de la compagnie Aer Lingus. Mais, les pilotes d'Air Dolomiti se sont engagés sur la piste. L'avion d'Aer Lingus qui atterrissait a reçu pour consigne de remettre les gaz (procédure go around). "L'incident a été causé par un avion qui avait reçu pour consigne de se 'mettre en ligne et d'attendre' sans avoir reçu l'autorisation de décoller sur la piste 07R alors qu'un appareil se préparait à atterrir sur la piste 01", lit-on dans le rapport. "Le fait que l'avion ne soit pas parti 10-15 secondes plus tard est une question de circonstances (chance)". Le fait que l'équipage d'Air Dolomiti n'était pas familier de Brussels Airport et la complexité des voies de circulation sur le lieu de l'incident ont aussi joué un rôle selon le rapport. (Belga)

L'"incident grave" s'est déroulé le 5 octobre 2016 à 20h41. A cet instant, les avions décollaient sur la piste 07R tandis que les atterrissages s'effectuaient sur la piste 01. Ces deux pistes se croisent. Un avion d'Air Dolomiti, volant pour le compte de Lufthansa, avait reçu l'instruction du contrôleur aérien de se préparer au départ. Le décollage devait se produire après l'atterrissage d'un appareil de la compagnie Aer Lingus. Mais, les pilotes d'Air Dolomiti se sont engagés sur la piste. L'avion d'Aer Lingus qui atterrissait a reçu pour consigne de remettre les gaz (procédure go around). "L'incident a été causé par un avion qui avait reçu pour consigne de se 'mettre en ligne et d'attendre' sans avoir reçu l'autorisation de décoller sur la piste 07R alors qu'un appareil se préparait à atterrir sur la piste 01", lit-on dans le rapport. "Le fait que l'avion ne soit pas parti 10-15 secondes plus tard est une question de circonstances (chance)". Le fait que l'équipage d'Air Dolomiti n'était pas familier de Brussels Airport et la complexité des voies de circulation sur le lieu de l'incident ont aussi joué un rôle selon le rapport. (Belga)