Malgré un climat social tendu depuis un certain temps chez le contrôleur aérien Skeyes, une sorte de "paix armée" semblait s'être installée au vu de l'impact de la crise du coronavirus sur le trafic aérien. Cette période de paix semble néanmoins aujourd'hui révolue. Selon M. Callaerts, la direction a proposé un certain nombre de nouveaux dossiers dans le cadre du coronavirus. Parmi les mesures avancées figure la mise en place d'une pointeuse. "Cela n'a rien à voir avec le virus, il s'agit d'une série de brimades", a déclaré le syndicaliste. "La bombe va exploser au sein du personnel et nous le soutiendrons." En d'autres termes, les risques de voir se déclencher de nouvelles contestations de la part du personnel sont "très élevés", affirme M. Callaerts. Si l'on ne sait pas encore à quel moment ces contestations éclateront, la probabilité augmentera lors de la reprise de l'activité des aéroports et de l'augmentation de la pression sur les contrôleurs aériens, affirme le syndicaliste. Le personnel de Skeyes comprend que le secteur souffre beaucoup et veut faire preuve de solidarité envers le reste du personnel des compagnies aériennes. "Mais il s'agit de déterminer à quel moment la limite est dépassée". (Belga)

Malgré un climat social tendu depuis un certain temps chez le contrôleur aérien Skeyes, une sorte de "paix armée" semblait s'être installée au vu de l'impact de la crise du coronavirus sur le trafic aérien. Cette période de paix semble néanmoins aujourd'hui révolue. Selon M. Callaerts, la direction a proposé un certain nombre de nouveaux dossiers dans le cadre du coronavirus. Parmi les mesures avancées figure la mise en place d'une pointeuse. "Cela n'a rien à voir avec le virus, il s'agit d'une série de brimades", a déclaré le syndicaliste. "La bombe va exploser au sein du personnel et nous le soutiendrons." En d'autres termes, les risques de voir se déclencher de nouvelles contestations de la part du personnel sont "très élevés", affirme M. Callaerts. Si l'on ne sait pas encore à quel moment ces contestations éclateront, la probabilité augmentera lors de la reprise de l'activité des aéroports et de l'augmentation de la pression sur les contrôleurs aériens, affirme le syndicaliste. Le personnel de Skeyes comprend que le secteur souffre beaucoup et veut faire preuve de solidarité envers le reste du personnel des compagnies aériennes. "Mais il s'agit de déterminer à quel moment la limite est dépassée". (Belga)