L'accord de coalition, conclu entre les sociaux-démocrates du SPD, les Verts et les libéraux du FDP et rendu public mercredi dernier, prévoit que l'Allemagne poursuive sa participation à la mission de "partage nucléaire", une intention qui a soulagé les alliés de l'Otan - et en particulier le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg - dans un contexte de tensions croissantes avec la Russie. La base aérienne de Büchel, située en Rhénanie-Palatinat (ouest), devrait donc continuer à abriter une vingtaine de bombes nucléaires américaines B61 - bien que leur présence n'ait jamais été confirmée officiellement, à l'image de la situation prévalant en Belgique, elle aussi présumée héberger de telles armes à Kleine-Brogel (Limbourg). "Tant que les armes nucléaires jouent un rôle dans le concept stratégique de l'Otan, l'Allemagne a intérêt à participer aux discussions stratégiques et aux processus de planification", indique l'accord de coalition, en référence à la présence allemande au sein du Groupe des plans nucléaires (GPN) de l'Otan, un forum où se déroulent des discussions hautement confidentielles sur la posture nucléaire de l'Alliance. Ce passage de l'accord de gouvernement marque un revirement de la part des écologistes de Grüne et, dans une moindre mesure, du FDP, qui réclamaient dans le passé un retrait concerté des bombes atomiques américaines basées en Europe. (Belga)

L'accord de coalition, conclu entre les sociaux-démocrates du SPD, les Verts et les libéraux du FDP et rendu public mercredi dernier, prévoit que l'Allemagne poursuive sa participation à la mission de "partage nucléaire", une intention qui a soulagé les alliés de l'Otan - et en particulier le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg - dans un contexte de tensions croissantes avec la Russie. La base aérienne de Büchel, située en Rhénanie-Palatinat (ouest), devrait donc continuer à abriter une vingtaine de bombes nucléaires américaines B61 - bien que leur présence n'ait jamais été confirmée officiellement, à l'image de la situation prévalant en Belgique, elle aussi présumée héberger de telles armes à Kleine-Brogel (Limbourg). "Tant que les armes nucléaires jouent un rôle dans le concept stratégique de l'Otan, l'Allemagne a intérêt à participer aux discussions stratégiques et aux processus de planification", indique l'accord de coalition, en référence à la présence allemande au sein du Groupe des plans nucléaires (GPN) de l'Otan, un forum où se déroulent des discussions hautement confidentielles sur la posture nucléaire de l'Alliance. Ce passage de l'accord de gouvernement marque un revirement de la part des écologistes de Grüne et, dans une moindre mesure, du FDP, qui réclamaient dans le passé un retrait concerté des bombes atomiques américaines basées en Europe. (Belga)