"Les dirigeants chinois utilisent le poids économique, diplomatique et militaire grandissant de la Chine pour établir leur domination dans la région et étendre l'influence du pays dans le monde", indique ce rapport annuel du ministère américain de la Défense destiné aux élus du Congrès. "Les projets chinois comme les Nouvelles routes de la Soie vont probablement mener à des implantations de bases militaires à l'étranger pour répondre à un besoin perçu de sécuriser ces projets", ajoute le document. La Chine possède officiellement une seule base militaire à l'étranger, à Djibouti, mais Pékin "cherchera à établir des bases militaires supplémentaires dans des pays avec lesquels la Chine a des relations amicales de longue date, comme le Pakistan, ou des pays qui traditionnellement accueillent des militaires étrangers", précise le Pentagone. Un responsable du ministère afghan de la Défense avait indiqué en 2018 à l'AFP que la Chine négociait avec l'Afghanistan de la construction d'une base militaire dans les montagnes du Wakhan, près de leur frontière commune, espérant décourager des incursions de militants islamistes sur son propre sol et appuyer son fragile voisin. Il affirmait que la base serait afghane mais des troupes chinoises ont été vues menant des patrouilles communes avec leurs collègues afghans. Le projet des Nouvelles routes de la soie, appelé officiellement "une ceinture (terrestre) et une route (maritime)" en chinois, vise à construire des infrastructures de transport et d'énergie dans des pays qui en ont particulièrement besoin en Asie, en Europe, en Afrique voire au-delà. Lancée en 2013, cette initiative est financée par des investissements ou des prêts de centaines de milliards d'euros. Ses détracteurs lui reprochent de favoriser les entreprises chinoises, d'endetter les nations bénéficiaires ou encore de nuire à l'environnement. Reconnaissant que les Nouvelles routes de la soie avaient "suscité des inquiétudes sur les intentions de la Chine, les dirigeants chinois ont adouci leur discours en faisant la promotion de ces projets sans en modifier les objectifs stratégiques fondamentaux", note le rapport du Pentagone. Le président chinois Xi Jinping a récemment défendu son projet phare devant 37 dirigeants étrangers réunis à Pékin et a appelé davantage de pays à rejoindre son colossal mais controversé programme d'infrastructures. (Belga)