Le 5 juin, l'Administration chinoise des Forêts et des Prairies a annoncé qu'elle faisait passer la protection des pangolins indigènes chinois de la deuxième à la première classe, soit le même niveau de protection que celui du panda géant. Dans un communiqué, le WWF, qui plaide depuis plusieurs années en faveur d'un renforcement des mesures de protection des pangolins, "salue vivement cette décision". "195.000 pangolins auraient été victimes de trafic en 2019", a indiqué Margaret Kinnaird, 'Global Wildlife Practice Leader' au WWF. "La lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages ne se limite pas à protéger les animaux, elle contribue à préserver la santé des êtres humains." En Chine, les pangolins sont très appréciés pour leur viande et leurs écailles uniques. "En Belgique aussi, il est nécessaire de renforcer les contrôles à l'importation et au transit des produits à base de pangolins", précise le WWF. "44,4 tonnes de viande de brousse, dont de la viande de pangolin, arriveraient chaque année à Brussels Airport." La décision de relever le niveau de protection du pangolin chinois signifie que les huit espèces sont désormais couvertes par une protection de première classe en Chine. "Ce nouveau statut devrait renforcer la surveillance, la sauvegarde et la conservation des pangolins dans le pays", détaille le WWF. "Cette protection renforcée devrait également contribuer à une application plus stricte des lois et des sanctions relatives aux espèces sauvages, afin de lutter contre le commerce illégal et le braconnage des pangolins." Selon les estimations, les populations de pangolins asiatiques ont diminué jusqu'à 80% au cours des dix dernières années. Les pangolins chinois, malais et philippins figurent parmi les espèces en danger critique d'extinction sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). (Belga)

Le 5 juin, l'Administration chinoise des Forêts et des Prairies a annoncé qu'elle faisait passer la protection des pangolins indigènes chinois de la deuxième à la première classe, soit le même niveau de protection que celui du panda géant. Dans un communiqué, le WWF, qui plaide depuis plusieurs années en faveur d'un renforcement des mesures de protection des pangolins, "salue vivement cette décision". "195.000 pangolins auraient été victimes de trafic en 2019", a indiqué Margaret Kinnaird, 'Global Wildlife Practice Leader' au WWF. "La lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages ne se limite pas à protéger les animaux, elle contribue à préserver la santé des êtres humains." En Chine, les pangolins sont très appréciés pour leur viande et leurs écailles uniques. "En Belgique aussi, il est nécessaire de renforcer les contrôles à l'importation et au transit des produits à base de pangolins", précise le WWF. "44,4 tonnes de viande de brousse, dont de la viande de pangolin, arriveraient chaque année à Brussels Airport." La décision de relever le niveau de protection du pangolin chinois signifie que les huit espèces sont désormais couvertes par une protection de première classe en Chine. "Ce nouveau statut devrait renforcer la surveillance, la sauvegarde et la conservation des pangolins dans le pays", détaille le WWF. "Cette protection renforcée devrait également contribuer à une application plus stricte des lois et des sanctions relatives aux espèces sauvages, afin de lutter contre le commerce illégal et le braconnage des pangolins." Selon les estimations, les populations de pangolins asiatiques ont diminué jusqu'à 80% au cours des dix dernières années. Les pangolins chinois, malais et philippins figurent parmi les espèces en danger critique d'extinction sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). (Belga)