A 86 ans, Louis Poels posséde un goût certain en décoration de jardin. Il aime les nains de jardin et particulièrement ceux qui sont un tantinet grivois. Par exemple Betty, une naine blonde comme les blés et aux seins nus. Une passion qui ne plait guère à ses voisins, enfin, surtout à une voisine en particulier. Celle-ci s'en est même plainte auprès de sa commune. Dans un souci d'apaiser les choses, des employés communaux vont demander à monsieur Poels de couvrir sa naine en terre cuite ou, au moins, de l'installer à l'arrière de sa maison. L'homme refuse, vent debout. Poels l'a reçu en cadeau de son voisin après une lourde opération et il y est attaché.
...

A 86 ans, Louis Poels posséde un goût certain en décoration de jardin. Il aime les nains de jardin et particulièrement ceux qui sont un tantinet grivois. Par exemple Betty, une naine blonde comme les blés et aux seins nus. Une passion qui ne plait guère à ses voisins, enfin, surtout à une voisine en particulier. Celle-ci s'en est même plainte auprès de sa commune. Dans un souci d'apaiser les choses, des employés communaux vont demander à monsieur Poels de couvrir sa naine en terre cuite ou, au moins, de l'installer à l'arrière de sa maison. L'homme refuse, vent debout. Poels l'a reçu en cadeau de son voisin après une lourde opération et il y est attaché. En plus, "j'ai déjà deux nains mâles, maintenant ils ont une compagnie agréable", dit-il à Het Laatste Nieuws. Pour sauver sa belle, Monsieur Poels n'aura heureusement pas besoin d'un grand acte de bravoure. Selon le bourgmestre de Turnhout, les choses vont en rester là. Paul Van Miert (N-VA) n'a nullement l'intention de lui envoyer les troupes ni de lui coller une amende. "On va s'éviter cette pudibonderie, non ?" dit-il dans De Standaard. De toute façon, comme le dit le commissaire Rudy Remijsen de la police régionale de Turnhout dans la Gazet van Antwerpen : "Manneken Pis fait aussi, très ouvertement, ce qu'il veut."Au-delà d'une question de goût, qui est somme toute personnelle, avoir un tel objet exposé à la vue de tous est-il punissable ? Est-ce qu'un nain olé olé rentre dans la catégorie outrage sur la voie publique ? En théorie, oui, mais, en pratique, les chances que vous soyez condamné pour cela sont extrêmement faibles, dit de Standaard. La nudité en tant que telle n'est pas interdite par la loi, c'est l'outrage public aux bonnes moeurs qui constitue une infraction. L'article 385 du code pénal stipule que "quiconque aura publiquement outragé les moeurs par des actions qui blessent la pudeur sera puni d'un emprisonnement de huit jours à un an et d'une amende de vingt-six à cinq cents euros". La pudeur étant, par essence, une notion subjective, elle va donc dépendre de l'interprétation qui en sera faite par le ou la juge, des circonstances et de l'évolution de la société. On cherchera notamment à établir s'il y avait une "volonté de nuire" dans le chef de l'individu. Les images de nudité et même les actes érotiques ne sont donc pas punissables en soi. Elles ne sont contraires à la morale que lorsque, citons ici la Cour de cassation, "elles ne visent qu'à exciter excessivement les sentiments sensuels de la personne qui les regarde ou, en raison du comportement ou des attitudes sexuelles vicieuses ou contre-nature qu'elles représentent, à blesser le sentiment de honte du citoyen ordinaire qui pense sainement". Le législateur a pris la peine de préciser du citoyen ordinaire. Un seul citoyen particulièrement pudibond ne poussera pas à faire recouvrir toutes les fesses des statues grecques, ou pour en revenir à notre cas, les seins des naines de jardins. L'esprit du temps et le contexte sont donc déterminants lorsqu'il s'agit d'outrage aux moeurs. Le citoyen moyen d'aujourd'hui ne s'offusque pas du David de Michel-Ange. Tout comme il est peu probable qu'un juge décide en 2020 que le citoyen moyen sera excessivement stimulé par un nain de jardin ou autre nymphe en béton que l'on trouve parfois dans les "jardins flamands".Entre-temps, Louis n'est plus le seul. Ainsi, un autre jardin sur la Battelsesteenweg à Malines fait également l'objet d'une certaine agitation. Outre plusieurs nains de jardin nus, il y a aussi des statues de phallus, dont une portant un noeud papillon. Et l'engouement semble gagner l'ensemble de la Flandre, où la vente des nains est repartie de façon spectaculaire à la hausse. Et pour ceux qui voudraient, sait-on jamais, installer la dame dans leur propre jardin, la jardinerie de Turnhout, d'où vient le nain de jardin de Louis Poels, n'en a malheureusement plus en stock. Ne soyez pas trop déçu cependant. Sachez que l'offre est pléthore. Et qu'il existe bien pire qu'une naine de jardin avec les seins dénudés. Quelques exemples sont à découvrir ici. Trop facilement catégorisé en monument du kitch, le nain de jardin a ses adeptes. Il existe même des nanomanes, c'est-à-dire collectionneurs de nains de jardin. L'histoire de ces figurines remonte au début de la renaissance et elles se présentaient alors sous la forme de petites statuettes taillées dans le bois servant d'amulettes pour protéger du danger les travailleurs des mines de Cappadoce en Turquie, nous dit Le Monde. Ceux-ci portaient un bonnet garni de paille pour se protéger des chocs. Au 17ème siècle, certaines seront même sculptées dans le marbre. Leur forme actuelle vient de Suisse et d'Allemagne où, à partir du 18ème siècle, ils vont être fabriqués de manière semi-industrielle en céramique. La croyance populaire veut effectivement qu'un nain de jardin apporte joie et bonheur à ceux qui l'accueillent dans leur jardin. Ainsi en 1797, Goethe évoque dans "Hermann et Dorothée" un "jardin magnifique que les passants admiraient pour ses nains colorés." Mais c'est à la moitié du 19ème siècle et à partir de l'Angleterre, et en particulier de Lamport Hal où Sir Charles Isham, propriétaire terrien et jardinier anglais, va en installer une vingtaine d'exemplaires, que la mode va s'étendre à l'international. Pour la petite histoire, le dernier nain survivant de Sir Charles Isham est estimé à plus d'un million d'euros. Avec l'imprimatur du chic anglais, la mode est lancée à travers le monde. Et elle ne cessera de revenir. Comme après la sortie de Blanche-Neige en 1937 ou après le film d'Amélie Poulain en 2001. Le nain de jardin va aussi faire une entrée remarquée dans la campagne électorale de 2014 en devenant l'un des symboles de la campagne de la N-VA depuis que Bart De Wever l'a brandi lors du congrès de la N-VA. On y voit ce symbole de raffinement dans une version jaune canari effectuer le signe de la victoire. Il n'en fallait pas plus pour que les autres partis détournent l'objet.Le Front de libération des nains de jardin (FLNJ) On ne peut parler des nains de jardins sans évoquer la FLNJ. Créée en 1996 pour "rendre la liberté" aux nains de jardin, cette organisation secrète libère les nains de jardin des jardins de particuliers pour les déposer dans la forêt. Ce qui n'était à la base qu'un canular, va vite s'étendre à travers le monde. Il y aurait eu trois groupes en Belgique sur les 192 groupes actifs inscrits sur ce site. Ensemble, ils auraient libéré 4246 nains. Le site cessera néanmoins d'être actif en 2010. Leur fabuleuse histoire est racontée par la très sérieuse France culture en deux épisodes à écouter ici.