Ce texte est le fruit d'une proposition de la majorité amendée par l'opposition. Il suit des auditions de patients souffrant de covid long dont la maladie demeure à ce jour encore peu connue et mal acceptée. Il s'attache non seulement à la reconnaissance et à une intégration par l'INAMI dans le maximum à facturer mais aussi à la rééducation et à la sensibilisation, et à une approche multidisciplinaire de soutien aux malades. La connaissance de la maladie est également visée en vue de la définir et de la dépister. "J'espère que c'est la fin de la traversée du désert pour des personnes qui se sentent incomprises et un premier grand pas vers la prise en charge de cette maladie. Les auditions nous ont montré qu'il y avait un problème de reconnaissance mais aussi de sensibilisation à mener pour des patients qui ne savent pas de quel mal ils souffrent et un public qui parfois ne comprend que des personnes ne reprennent pas le travail des mois après avoir été atteints", a expliqué le député Patrick Prévot (PS). "Après huit mois d'interpellations parlementaires, deux propositions de résolution de l'opposition (de DéFI et du cdH) et de longues auditions, la majorité Vivaldi accepte enfin de demander au #begov une reconnaissance et un suivi pluridisciplinaire des patients souffrant du Covid long", a souligné dans l'opposition, Sophie Rohonyi (DéFI). Le président de la commission, Thierry Warmoes, (PTB) a quant à lui averti qu'il veillerait à ce que le gouvernement prenne des mesures concrètes en vue de mettre en oeuvre la résolution. (Belga)

Ce texte est le fruit d'une proposition de la majorité amendée par l'opposition. Il suit des auditions de patients souffrant de covid long dont la maladie demeure à ce jour encore peu connue et mal acceptée. Il s'attache non seulement à la reconnaissance et à une intégration par l'INAMI dans le maximum à facturer mais aussi à la rééducation et à la sensibilisation, et à une approche multidisciplinaire de soutien aux malades. La connaissance de la maladie est également visée en vue de la définir et de la dépister. "J'espère que c'est la fin de la traversée du désert pour des personnes qui se sentent incomprises et un premier grand pas vers la prise en charge de cette maladie. Les auditions nous ont montré qu'il y avait un problème de reconnaissance mais aussi de sensibilisation à mener pour des patients qui ne savent pas de quel mal ils souffrent et un public qui parfois ne comprend que des personnes ne reprennent pas le travail des mois après avoir été atteints", a expliqué le député Patrick Prévot (PS). "Après huit mois d'interpellations parlementaires, deux propositions de résolution de l'opposition (de DéFI et du cdH) et de longues auditions, la majorité Vivaldi accepte enfin de demander au #begov une reconnaissance et un suivi pluridisciplinaire des patients souffrant du Covid long", a souligné dans l'opposition, Sophie Rohonyi (DéFI). Le président de la commission, Thierry Warmoes, (PTB) a quant à lui averti qu'il veillerait à ce que le gouvernement prenne des mesures concrètes en vue de mettre en oeuvre la résolution. (Belga)