Le thème est discuté un peu partout en Europe. La question de l'obligation vaccinale est venue au devant de l'actualité en Belgique lorsque le dossier de la vaccination obligatoire des patients a enflammé la majorité. Un rapport sur la question a été demandé par le comité de concertation au commissaire à la lutte contre le coronavirus, Pedro Facon. Il est attendu pour la mi-janvier. Des voix se sont également élevées chez les parlementaires, notamment chez les écologistes, pour que la Chambre débatte de cette question. Le commissaire corona a demandé des rapports au Comité bioéthique, au Conseil supérieur de la Santé et à la commission fédérale des patients pour nourrir ses conclusions. Dès que ces rapports seront disponibles, la Chambre pourra organiser son débat avec l'appui d'experts. La présidente de la Chambre dit partager la "volonté du comité de concertation de mener ce grand débat public avec les parlementaires et les experts pour peser le pour et le contre, pour bien mesurer les nuances et les enjeux des questions mises sur la table". "Ce large débat doit permettre d'apporter les meilleures réponses aux enjeux de demain, de renforcer la lutte contre la pandémie, de protéger notre système de soins de santé et de protéger notre vivre ensemble", a souligné Mme Tillieux. (Belga)

Le thème est discuté un peu partout en Europe. La question de l'obligation vaccinale est venue au devant de l'actualité en Belgique lorsque le dossier de la vaccination obligatoire des patients a enflammé la majorité. Un rapport sur la question a été demandé par le comité de concertation au commissaire à la lutte contre le coronavirus, Pedro Facon. Il est attendu pour la mi-janvier. Des voix se sont également élevées chez les parlementaires, notamment chez les écologistes, pour que la Chambre débatte de cette question. Le commissaire corona a demandé des rapports au Comité bioéthique, au Conseil supérieur de la Santé et à la commission fédérale des patients pour nourrir ses conclusions. Dès que ces rapports seront disponibles, la Chambre pourra organiser son débat avec l'appui d'experts. La présidente de la Chambre dit partager la "volonté du comité de concertation de mener ce grand débat public avec les parlementaires et les experts pour peser le pour et le contre, pour bien mesurer les nuances et les enjeux des questions mises sur la table". "Ce large débat doit permettre d'apporter les meilleures réponses aux enjeux de demain, de renforcer la lutte contre la pandémie, de protéger notre système de soins de santé et de protéger notre vivre ensemble", a souligné Mme Tillieux. (Belga)