Les auteurs du texte veulent de la sorte réduire la circulation des pièces d'un et deux centimes. Selon une enquête réalisée en 2012, respectivement 91% et 83% des Belges sont favorables à leur suppression. Depuis 2014, les commerçants avaient la faculté d'arrondir leur addition mais seuls 30% d'entre eux l'utilisent, d'après une enquête menée par le Syndicat neutre des indépendants. Lors d'un paiement par carte bancaire, l'arrondi demeure une faculté offerte au commerçant. Les pièces d'un ou deux centimes ne disparaissent pas pour autant et demeurent un moyen de paiement valable. (Belga)

Les auteurs du texte veulent de la sorte réduire la circulation des pièces d'un et deux centimes. Selon une enquête réalisée en 2012, respectivement 91% et 83% des Belges sont favorables à leur suppression. Depuis 2014, les commerçants avaient la faculté d'arrondir leur addition mais seuls 30% d'entre eux l'utilisent, d'après une enquête menée par le Syndicat neutre des indépendants. Lors d'un paiement par carte bancaire, l'arrondi demeure une faculté offerte au commerçant. Les pièces d'un ou deux centimes ne disparaissent pas pour autant et demeurent un moyen de paiement valable. (Belga)