Le nouveau dispositif permettra au juge d'imposer un minimum de peine de prison à purger avant d'obtenir une libération conditionnelle. Ce minimum sera compris entre un tiers et deux tiers de la peine lorsqu'il s'agira de crimes contre la sûreté de l'Etat, d'infractions terroristes ou au droit humanitaire, de viol ayant entraîné la mort, de torture ou d'enlèvement d'un mineur ayant entraîné sa mort. La peine de sûreté pourra également être appliquée à l'assassinat d'un policier. Si la peine prononcée est de plus de trente ans, le minimum à purger pourra être fixé à 15 ans et s'étendre jusqu'à 25 ans. (Belga)

Le nouveau dispositif permettra au juge d'imposer un minimum de peine de prison à purger avant d'obtenir une libération conditionnelle. Ce minimum sera compris entre un tiers et deux tiers de la peine lorsqu'il s'agira de crimes contre la sûreté de l'Etat, d'infractions terroristes ou au droit humanitaire, de viol ayant entraîné la mort, de torture ou d'enlèvement d'un mineur ayant entraîné sa mort. La peine de sûreté pourra également être appliquée à l'assassinat d'un policier. Si la peine prononcée est de plus de trente ans, le minimum à purger pourra être fixé à 15 ans et s'étendre jusqu'à 25 ans. (Belga)