"Il est essentiel d'apporter des réponses sur les informations salariales non individualisées des mandataires décrétaux et non décrétaux de la RTBF", insiste l'organisation dans un communiqué.

Si la CGSP salue l'adoption d'un nouveau décret visant à plafonner les salaires de l'administrateur général ainsi que ceux des directeurs généraux de la RTBF, elle regrette toutefois que cette mesure n'ait pas été prise plus tôt.

"Dans une RTBF, service public en pleine transformation, la confiance des travailleurs envers leur haute hiérarchie exige un positionnement impartial et rapide du conseil d'administration de la RTBF sur ces questions", estime encore le syndicat.

Jean-Paul Philippot s'est retrouvé dans la tourmente après la révélation dans la presse, en décembre dernier, que le patron du Boulevard Reyers avait touché en 2018 un salaire de 375.000 euros, soit 50.000 euros de plus que le montant déclaré dans le rapport annuel de la RTBF publié sous sa responsabilité.

"Il est essentiel d'apporter des réponses sur les informations salariales non individualisées des mandataires décrétaux et non décrétaux de la RTBF", insiste l'organisation dans un communiqué. Si la CGSP salue l'adoption d'un nouveau décret visant à plafonner les salaires de l'administrateur général ainsi que ceux des directeurs généraux de la RTBF, elle regrette toutefois que cette mesure n'ait pas été prise plus tôt. "Dans une RTBF, service public en pleine transformation, la confiance des travailleurs envers leur haute hiérarchie exige un positionnement impartial et rapide du conseil d'administration de la RTBF sur ces questions", estime encore le syndicat. Jean-Paul Philippot s'est retrouvé dans la tourmente après la révélation dans la presse, en décembre dernier, que le patron du Boulevard Reyers avait touché en 2018 un salaire de 375.000 euros, soit 50.000 euros de plus que le montant déclaré dans le rapport annuel de la RTBF publié sous sa responsabilité.