"L'assignation à résidence n'était pas justifiée (...) Il est manifeste que le traitement dont il a fait l'objet visait à restreindre ses activités publiques", note la CEDH dans son arrêt, constatant la violation des articles 5, 10 et 18 de la Convention européenne des droits de l'Homme relatifs notamment à la liberté et la liberté d'expression. (Belga)

"L'assignation à résidence n'était pas justifiée (...) Il est manifeste que le traitement dont il a fait l'objet visait à restreindre ses activités publiques", note la CEDH dans son arrêt, constatant la violation des articles 5, 10 et 18 de la Convention européenne des droits de l'Homme relatifs notamment à la liberté et la liberté d'expression. (Belga)