La commission, constituée d'un juge et de représentants des partis en proportion de leur nombre de sièges au Parlement, a disqualifié mercredi soir par 17 voix contre 10 la candidature de Raam-Balad, a indiqué le porte-parole de la commission, Giora Fordis. En revanche, elle a validé la candidature de Michael Ben-Ari, chef de file du parti Force juive, accusé d'"incitation au racisme" anti-arabe, malgré l'opposition du procureur général et les appels d'autres partis politiques, ainsi qu'une autre figure de Force juive, Itamar Ben Gvir. Les décisions de la commission peuvent être contestées devant la Cour suprême. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'État d'Israël en 1948. Ils représentent 17,5% de la population israélienne. Le recours intenté contre l'alliance Raam-Balad a été initié par le parti Likoud (droite) du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a réclamé la disqualification de partis qui contestent le caractère juif de l'État d'Israël ou qui soutiennent toute opposition armée à l'État hébreu. La commission électorale a par ailleurs invalidé la candidature d'Ofer Cassif, le seul juif candidat du principal bloc arabe Hadash pour les mêmes raisons. "C'est la première fois qu'un candidat juif est disqualifié pour ces raisons", a expliqué son avocat, Hassan Jabareen. "Ce qui se passe dans ce pays est inquiétant mais pas surprenant", a déclaré jeudi la candidate de Balad, Hiba Yazbak, indiquant que sa formation allait faire appel. Le procureur général Avichaï Mandelblit avait estimé mardi que la candidature de M. Ben-Ari devait être invalidée. Ce dernier a qualifié les Arabes israéliens de "traîtres et meurtriers", ce qui constitue une "incitation au racisme", avait dit le magistrat. Mais aux yeux de la commission électorale, "il n'y a pas assez de preuves pour dire que cette personne est très dangereuse", a souligné M. Jabareen, dénonçant l'alliance entre Force juive et le Likoud. (Belga)

La commission, constituée d'un juge et de représentants des partis en proportion de leur nombre de sièges au Parlement, a disqualifié mercredi soir par 17 voix contre 10 la candidature de Raam-Balad, a indiqué le porte-parole de la commission, Giora Fordis. En revanche, elle a validé la candidature de Michael Ben-Ari, chef de file du parti Force juive, accusé d'"incitation au racisme" anti-arabe, malgré l'opposition du procureur général et les appels d'autres partis politiques, ainsi qu'une autre figure de Force juive, Itamar Ben Gvir. Les décisions de la commission peuvent être contestées devant la Cour suprême. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'État d'Israël en 1948. Ils représentent 17,5% de la population israélienne. Le recours intenté contre l'alliance Raam-Balad a été initié par le parti Likoud (droite) du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a réclamé la disqualification de partis qui contestent le caractère juif de l'État d'Israël ou qui soutiennent toute opposition armée à l'État hébreu. La commission électorale a par ailleurs invalidé la candidature d'Ofer Cassif, le seul juif candidat du principal bloc arabe Hadash pour les mêmes raisons. "C'est la première fois qu'un candidat juif est disqualifié pour ces raisons", a expliqué son avocat, Hassan Jabareen. "Ce qui se passe dans ce pays est inquiétant mais pas surprenant", a déclaré jeudi la candidate de Balad, Hiba Yazbak, indiquant que sa formation allait faire appel. Le procureur général Avichaï Mandelblit avait estimé mardi que la candidature de M. Ben-Ari devait être invalidée. Ce dernier a qualifié les Arabes israéliens de "traîtres et meurtriers", ce qui constitue une "incitation au racisme", avait dit le magistrat. Mais aux yeux de la commission électorale, "il n'y a pas assez de preuves pour dire que cette personne est très dangereuse", a souligné M. Jabareen, dénonçant l'alliance entre Force juive et le Likoud. (Belga)