En ces "heures de tristesse", les dirigeants des principaux partis ont convenu "de renoncer aux musiques tonitruantes" lors de leurs meetings et "d'observer des minutes de silence", a déclaré à la presse Mme Merkel, qui briguera le 24 septembre un quatrième mandat. Il n'est cependant pas question de suspendre la campagne, qui "est aussi une fête de la démocratie, et par conséquent aussi une fête de notre liberté", ce que "les terroristes ne comprennent pas", a-t-elle souligné. "Le terrorisme ne doit jamais nous vaincre", ni "nous détourner de notre manière de vivre", a martelé la dirigeante. Son rival social-démocrate Martin Schulz avait lui aussi déclaré dans la matinée que la campagne serait "réduite" et qu'il existait avec la chancelière "une volonté commune de ne laisser aucune place à la terreur". (Belga)

En ces "heures de tristesse", les dirigeants des principaux partis ont convenu "de renoncer aux musiques tonitruantes" lors de leurs meetings et "d'observer des minutes de silence", a déclaré à la presse Mme Merkel, qui briguera le 24 septembre un quatrième mandat. Il n'est cependant pas question de suspendre la campagne, qui "est aussi une fête de la démocratie, et par conséquent aussi une fête de notre liberté", ce que "les terroristes ne comprennent pas", a-t-elle souligné. "Le terrorisme ne doit jamais nous vaincre", ni "nous détourner de notre manière de vivre", a martelé la dirigeante. Son rival social-démocrate Martin Schulz avait lui aussi déclaré dans la matinée que la campagne serait "réduite" et qu'il existait avec la chancelière "une volonté commune de ne laisser aucune place à la terreur". (Belga)