Le rassemblement a attiré entre 1.000 et 2.000 participants samedi dans le Bois de la Cambre à Bruxelles. Le calme n'est revenu que vers 21h00 après l'intervention de la police, qui avait commencé en fin d'après-midi. Quelque 127 personnes ont été arrêtées administrativement alors que cinq arrestations judiciaires ont été opérées, notamment pour rébellion armée, menaces et vente de stupéfiants. Ces cinq personnes ont depuis été relâchées. "L'une a été entendue samedi puis relâchée. Les quatre autres seront invitées à être interrogées ultérieurement", a rapporté le porte-parole du parquet, Willemien Baert. L'intervention policière a été critiquée pour sa violence sur les réseaux sociaux, notamment sur la page Facebook du collectif L'Abîme, qui a créé une page spécifique pour les personnes qui souhaitent dénoncer les violences des forces de l'ordre. Des vidéos de deux incidents survenus dans les rues autour du Bois de la Cambre ont également été diffusées sur Twitter. "Les images seront visionnées et discutées en interne", a réagi la porte-parole de la police, Ilse Van de keere. "Nous devons d'abord voir dans quel contexte cela doit être replacé." Le porte-parole de L'Abîme, Dave Monfort, n'a pas souhaité commenter les événements de samedi. "C'est dimanche et le dimanche je ne travaille pas", a-t-il déclaré à Belga. (Belga)

Le rassemblement a attiré entre 1.000 et 2.000 participants samedi dans le Bois de la Cambre à Bruxelles. Le calme n'est revenu que vers 21h00 après l'intervention de la police, qui avait commencé en fin d'après-midi. Quelque 127 personnes ont été arrêtées administrativement alors que cinq arrestations judiciaires ont été opérées, notamment pour rébellion armée, menaces et vente de stupéfiants. Ces cinq personnes ont depuis été relâchées. "L'une a été entendue samedi puis relâchée. Les quatre autres seront invitées à être interrogées ultérieurement", a rapporté le porte-parole du parquet, Willemien Baert. L'intervention policière a été critiquée pour sa violence sur les réseaux sociaux, notamment sur la page Facebook du collectif L'Abîme, qui a créé une page spécifique pour les personnes qui souhaitent dénoncer les violences des forces de l'ordre. Des vidéos de deux incidents survenus dans les rues autour du Bois de la Cambre ont également été diffusées sur Twitter. "Les images seront visionnées et discutées en interne", a réagi la porte-parole de la police, Ilse Van de keere. "Nous devons d'abord voir dans quel contexte cela doit être replacé." Le porte-parole de L'Abîme, Dave Monfort, n'a pas souhaité commenter les événements de samedi. "C'est dimanche et le dimanche je ne travaille pas", a-t-il déclaré à Belga. (Belga)