Le 23 mai dernier, les autorités biélorusses ont détourné vers Minsk un vol de la compagnie Ryanair à destination de Vilnius traversant leur espace aérien en vue de procéder à l'arrestation d'un opposant politique, Roman Protassevitch. Un acte fermement condamné par la communauté internationale et le Conseil européen. La décision des Chefs d'État et du Gouvernement de sanctionner la Biélorussie sera concrétisée incessamment à travers des mesures qui seront publiées au Journal officiel de l'UE. Ces sanctions sont contraignantes et directement applicables dans toute l'Union, sous réserve du contrôle juridictionnel de la Cour de Justice et du Tribunal de Luxembourg. Les sanctions prévoient que les États membres doivent interdire à tout avion exploité par un transporteur aérien biélorusse de décoller, d'atterrir sur ou de survoler le territoire de l'Union européenne, à l'exception des atterrissages ou survol d'urgence. Une dérogation pourra également intervenir pour les vols à caractère humanitaire, explique Georges Gilkinet (Ecolo). Le gouvernement fédéral a décidé de mettre cette décision en oeuvre, ajoute-t-il. "Les sanctions prises par l'Europe, et par la Belgique, doivent rappeler le socle et l'importance de nos valeurs démocratiques. Un tel acte de piraterie est inacceptable. Arrêter un opposant politique critique l'est tout autant. Dans l'immédiat, il faut tout faire pour obtenir la libération de Roman Protassevitch ainsi que le respect de la liberté d'expression, principe avec lequel nous ne pouvons transiger. C'est le sens des sanctions décidées au plan européen que la Belgique va mettre en oeuvre par mon intermédiaire", souligne enfin le ministre. (Belga)

Le 23 mai dernier, les autorités biélorusses ont détourné vers Minsk un vol de la compagnie Ryanair à destination de Vilnius traversant leur espace aérien en vue de procéder à l'arrestation d'un opposant politique, Roman Protassevitch. Un acte fermement condamné par la communauté internationale et le Conseil européen. La décision des Chefs d'État et du Gouvernement de sanctionner la Biélorussie sera concrétisée incessamment à travers des mesures qui seront publiées au Journal officiel de l'UE. Ces sanctions sont contraignantes et directement applicables dans toute l'Union, sous réserve du contrôle juridictionnel de la Cour de Justice et du Tribunal de Luxembourg. Les sanctions prévoient que les États membres doivent interdire à tout avion exploité par un transporteur aérien biélorusse de décoller, d'atterrir sur ou de survoler le territoire de l'Union européenne, à l'exception des atterrissages ou survol d'urgence. Une dérogation pourra également intervenir pour les vols à caractère humanitaire, explique Georges Gilkinet (Ecolo). Le gouvernement fédéral a décidé de mettre cette décision en oeuvre, ajoute-t-il. "Les sanctions prises par l'Europe, et par la Belgique, doivent rappeler le socle et l'importance de nos valeurs démocratiques. Un tel acte de piraterie est inacceptable. Arrêter un opposant politique critique l'est tout autant. Dans l'immédiat, il faut tout faire pour obtenir la libération de Roman Protassevitch ainsi que le respect de la liberté d'expression, principe avec lequel nous ne pouvons transiger. C'est le sens des sanctions décidées au plan européen que la Belgique va mettre en oeuvre par mon intermédiaire", souligne enfin le ministre. (Belga)