Cette somme de 200 millions d'euros sera versée sur une période de cinq ans et proviendra du budget de la coopération au développement. Une partie du montant sera consacré à un programme international qui mobilisera au moins 1,5 milliard de dollars sur la période 2021-2025 pour protéger les forêts, tourbières et puits du carbone du bassin du Congo. L'effort belge s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus large qui voit une centaine de pays s'engager à l'occasion de la COP26 à mettre un terme à et à inverser le phénomène de déforestation dans le monde. Les pays qui ont adopté la déclaration, parmi lesquels figurent le Brésil, l'Indonésie, la République démocratique du Congo ou la Russie, abritent ensemble 85% des forêts mondiales. L'initiative bénéficiera d'un financement public de 12 milliards de dollars octroyé par 11 pays, dont la Belgique, et l'Union européenne, et d'un financement privé de 7,2 milliards de dollars consenti par une trentaine d'institutions financières. Le Premier ministre belge a également souligné dans son discours, à l'occasion du "sommet des dirigeants mondiaux" en ouverture de la COP26, que la Belgique avait augmenté de 60% son financement climat à destination des pays pauvres et des plus vulnérables aux changements climatiques. Le montant versé par le fédéral sera porté de 100 millions d'euros en 2021 à 112,5 millions d'euros en 2022. En 2020, le montant était encore de 70 millions d'euros annuels. (Belga)

Cette somme de 200 millions d'euros sera versée sur une période de cinq ans et proviendra du budget de la coopération au développement. Une partie du montant sera consacré à un programme international qui mobilisera au moins 1,5 milliard de dollars sur la période 2021-2025 pour protéger les forêts, tourbières et puits du carbone du bassin du Congo. L'effort belge s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus large qui voit une centaine de pays s'engager à l'occasion de la COP26 à mettre un terme à et à inverser le phénomène de déforestation dans le monde. Les pays qui ont adopté la déclaration, parmi lesquels figurent le Brésil, l'Indonésie, la République démocratique du Congo ou la Russie, abritent ensemble 85% des forêts mondiales. L'initiative bénéficiera d'un financement public de 12 milliards de dollars octroyé par 11 pays, dont la Belgique, et l'Union européenne, et d'un financement privé de 7,2 milliards de dollars consenti par une trentaine d'institutions financières. Le Premier ministre belge a également souligné dans son discours, à l'occasion du "sommet des dirigeants mondiaux" en ouverture de la COP26, que la Belgique avait augmenté de 60% son financement climat à destination des pays pauvres et des plus vulnérables aux changements climatiques. Le montant versé par le fédéral sera porté de 100 millions d'euros en 2021 à 112,5 millions d'euros en 2022. En 2020, le montant était encore de 70 millions d'euros annuels. (Belga)