Le comité regroupe des experts scientifiques, des représentants de l'AFPMS et du SPF Santé ainsi que des trois Communautés puisque la politique en matière de vaccination relève de celles-ci. Ce groupe s'est réuni pour la première fois mardi avec pour objectif de définir une liste de critères de choix.

Ensuite, il examinera les dossiers les uns après les autres à l'aune de ces critères et remettra un avis au gouvernement. Un premier dossier est déjà sur sa table: celui du vaccin d'AstraZeneca/Université d'Oxford.

Si la question du choix des vaccins se pose déjà, c'est parce que l'Europe a mis en place le 17 juin dernier un processus de précommandes auprès de l'industrie pharmaceutique en vue de pouvoir assurer l'approvisionnement de ses Etats membres dès que les vaccins seront prêts et autorisés par l'Agence européenne des médicaments.

En parlant d'une seule voix, l'Europe peut faire valoir la taille de son marché - 27 pays - pour négocier avec l'industrie pharmaceutique des quantités de doses au prix le plus bas possible. La Belgique ne va vraisemblablement pas porter son choix sur un seul vaccin, écrit Le Soir, mais plutôt sur un groupe de vaccins. Il serait hasardeux de mettre tous ses oeufs dans le même panier, fait-on valoir du côté de l'AFMPS.

Le comité regroupe des experts scientifiques, des représentants de l'AFPMS et du SPF Santé ainsi que des trois Communautés puisque la politique en matière de vaccination relève de celles-ci. Ce groupe s'est réuni pour la première fois mardi avec pour objectif de définir une liste de critères de choix. Ensuite, il examinera les dossiers les uns après les autres à l'aune de ces critères et remettra un avis au gouvernement. Un premier dossier est déjà sur sa table: celui du vaccin d'AstraZeneca/Université d'Oxford. Si la question du choix des vaccins se pose déjà, c'est parce que l'Europe a mis en place le 17 juin dernier un processus de précommandes auprès de l'industrie pharmaceutique en vue de pouvoir assurer l'approvisionnement de ses Etats membres dès que les vaccins seront prêts et autorisés par l'Agence européenne des médicaments. En parlant d'une seule voix, l'Europe peut faire valoir la taille de son marché - 27 pays - pour négocier avec l'industrie pharmaceutique des quantités de doses au prix le plus bas possible. La Belgique ne va vraisemblablement pas porter son choix sur un seul vaccin, écrit Le Soir, mais plutôt sur un groupe de vaccins. Il serait hasardeux de mettre tous ses oeufs dans le même panier, fait-on valoir du côté de l'AFMPS.