Une pneumonie est une infection respiratoire aiguë, affectant les poumons, qui peut être provoquée par des bactéries, des virus ou des champignons microscopiques. Dans un tiers des cas, le pneumocoque en est la cause. En Belgique, le pneumocoque a été responsable, en 2015, d'environ 5.800 hospitalisations et 430 décès chez les adultes de plus de 50 ans, selon une étude du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) et de l'université d'Anvers, publiée en 2016. "L'incidence par 100.000 habitants augmente rapidement avec l'âge: pour les infections invasives à pneumocoques (IPD), on passe de 15 chez les 50-64 ans à 80 chez les 80 ans, et pour les pneumonies de 72 à 402 pour les mêmes groupes d'âge. La mortalité des IPD est élevée (environ 12%) surtout chez les personnes âgées", pointait alors le KCE. "C'est regrettable car le vaccin permettrait de protéger de façon optimale les seniors", affirme la professeure de médecine générale à la KU Leuven, Cathy Matheï, citée dans le communiqué du laboratoire MSD (filiale belge du géant pharmaceutique Merck&Co). D'après la professeure, le vaccin contre le pneumocoque mérite autant d'attention que celui contre la grippe, qui est administré à "40% des plus de 65 ans" voire à 60% chez les personnes les plus à risques de plus de 65 ans". "En comparaison avec le reste de l'Europe occidentale, la Belgique est un mauvais élève en termes de vaccination contre le pneumocoque. C'est le parent pauvre de la prévention chez l'adulte. Le vaccin, qui peut être administré en même temps que celui contre la grippe, n'est toutefois pas remboursé. Dans les pays où les patients peuvent prétendre à un remboursement, le taux de vaccination est bien meilleur", relève Mme Matheï. Bien que le vaccin n'offre pas une protection à 100%, il réduit tout de même considérablement le risque d'infection. Le traitement et les effets négatifs des infections à pneumocoques chez les plus de 50 ans représentent pour les autorités belges un coût annuel estimé à 33 millions d'euros. (Belga)