La rencontre, organisée dans un hôtel de Manhattan, a duré plus d'1h30. "Le fait que nous ayons pris du temps pour une longue conversation montre notre volonté de tout faire pour réduire les malentendus. Cela ne signifie pas que nous sommes d'accord sur tout. Nous savons que les relations entre la Belgique et le Congo n'ont pas toujours été faciles, mais la volonté existe d'une forme de désescalade dans nos relations diplomatiques", a déclaré Charles Michel au terme de l'entretien. Le Premier ministre belge et le président congolais se sont mis d'accord pour ouvrir, "dans les semaines à venir", les canaux diplomatiques. Même si, a précisé Charles Michel, "l'objectif n'est pas que la Belgique s'immisce politiquement dans les affaires de Kinshasa". La Belgique veut jouer, en Afrique, "un rôle positif pour la stabilité et la sécurité", a ajouté M. Michel. (Belga)

La rencontre, organisée dans un hôtel de Manhattan, a duré plus d'1h30. "Le fait que nous ayons pris du temps pour une longue conversation montre notre volonté de tout faire pour réduire les malentendus. Cela ne signifie pas que nous sommes d'accord sur tout. Nous savons que les relations entre la Belgique et le Congo n'ont pas toujours été faciles, mais la volonté existe d'une forme de désescalade dans nos relations diplomatiques", a déclaré Charles Michel au terme de l'entretien. Le Premier ministre belge et le président congolais se sont mis d'accord pour ouvrir, "dans les semaines à venir", les canaux diplomatiques. Même si, a précisé Charles Michel, "l'objectif n'est pas que la Belgique s'immisce politiquement dans les affaires de Kinshasa". La Belgique veut jouer, en Afrique, "un rôle positif pour la stabilité et la sécurité", a ajouté M. Michel. (Belga)