Plus d'un million d'Américains ont déjà reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19, alors que la campagne de vaccination a débuté mi-décembre aux Etats-Unis. De son côté, le Royaume-Uni a lancé sa campagne de vaccination le 8 décembre, après avoir été le premier pays à donner son feu vert au vaccin Pfizer/BionTech. L'Europe aurait-elle pris du retard par rapport à ses voisins? "Quand cela se joue dans un mouchoir de poche, à quelques semaines près, parler de retard n'a pas beaucoup de sens", a pointé Yvon Englert. Pour lui, cet écart de vingt jours s'explique par la volonté du Royaume-Uni de montrer que sa sortie de l'Union européenne est maîtrisée. "En outre, les Etats-Unis et le Royaume-Uni font face à une situation épidémiologique particulièrement dramatique", ajoute-t-il. Le pays de l'Oncle Sam enregistrait en effet mardi plus de 19,3 millions de cas depuis le début de la pandémie, tandis qu'une nouvelle souche du coronavirus, plus contagieuse, a été détectée en septembre en Grande-Bretagne. Cette dernière fait face à une recrudescence des contaminations, avec au total plus de 2,3 millions de contaminations. En Belgique, la campagne a symboliquement débuté lundi dans trois maisons de repos (et de soins) à Mons, Bruxelles et Puers-Saint-Amand. Un deuxième essai pilote avec un nombre limité de vaccins sera réalisé mercredi dans quatre maisons de repos et de soins du Brabant flamand. La vaccination à grande échelle de la population débutera le 5 janvier. (Belga)

Plus d'un million d'Américains ont déjà reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19, alors que la campagne de vaccination a débuté mi-décembre aux Etats-Unis. De son côté, le Royaume-Uni a lancé sa campagne de vaccination le 8 décembre, après avoir été le premier pays à donner son feu vert au vaccin Pfizer/BionTech. L'Europe aurait-elle pris du retard par rapport à ses voisins? "Quand cela se joue dans un mouchoir de poche, à quelques semaines près, parler de retard n'a pas beaucoup de sens", a pointé Yvon Englert. Pour lui, cet écart de vingt jours s'explique par la volonté du Royaume-Uni de montrer que sa sortie de l'Union européenne est maîtrisée. "En outre, les Etats-Unis et le Royaume-Uni font face à une situation épidémiologique particulièrement dramatique", ajoute-t-il. Le pays de l'Oncle Sam enregistrait en effet mardi plus de 19,3 millions de cas depuis le début de la pandémie, tandis qu'une nouvelle souche du coronavirus, plus contagieuse, a été détectée en septembre en Grande-Bretagne. Cette dernière fait face à une recrudescence des contaminations, avec au total plus de 2,3 millions de contaminations. En Belgique, la campagne a symboliquement débuté lundi dans trois maisons de repos (et de soins) à Mons, Bruxelles et Puers-Saint-Amand. Un deuxième essai pilote avec un nombre limité de vaccins sera réalisé mercredi dans quatre maisons de repos et de soins du Brabant flamand. La vaccination à grande échelle de la population débutera le 5 janvier. (Belga)