L'export d'armes est un gros business, y compris pour notre pays. De nouveaux chiffres européens révèlent qu'aucun pays d'Europe n'exporte autant d'armes à feu autorisées que la Belgique. Pas moins de 24% de l'exportation européenne d'armes à feu vient de notre pays, ce qui pour l'année 2015 revient à plus d'un demi-milliard d'euros. À titre de comparaison, le Royaume-Uni représente 16% du total pour 378 millions et occupe la troisième position du classement européen.
...

L'export d'armes est un gros business, y compris pour notre pays. De nouveaux chiffres européens révèlent qu'aucun pays d'Europe n'exporte autant d'armes à feu autorisées que la Belgique. Pas moins de 24% de l'exportation européenne d'armes à feu vient de notre pays, ce qui pour l'année 2015 revient à plus d'un demi-milliard d'euros. À titre de comparaison, le Royaume-Uni représente 16% du total pour 378 millions et occupe la troisième position du classement européen. Rien qu'en Arabie saoudite, la Belgique se charge de près de 90% de l'importation d'armes à feu et de munitions : un demi-milliard d'euros d'arsenal d'armes. Si l'on prend en compte les livraisons de la totalité d'armes de guerre aux Saoudiens, la Belgique occupe la quatrième position. Pourtant, on sait que l'Arabie saoudite ne jouit pas d'une excellente réputation quand il s'agit de conflits internationaux. Le pays est vu comme le principal sponsor international du wahhabisme, une branche radicale de l'islam, et du terrorisme islamique. En outre, l'Arabie saoudite dirige une coalition internationale au Yémen. "On y a constaté plusieurs infractions au droit international humanitaire, par exemple lors de bombardements qui ne font pas la distinction entre cibles civiles et militaires", déclare Diederik Cops de l'Institut de Paix flamand. Armes flamandes en Arabie saoudite C'est pour cette raison que le ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo (Open VLD) tempête contre l'exportation d'armes belge : "on ne peut pas en même temps essayer de sauver des vies et livrer des armes", a-t-il déclaré le week-end dernier à la VRT. La Wallonie est responsable de la très grande majorité de l'export belge en Arabie saoudite - "la Flandre n'exporte pas d'armes en Arabie saoudite", a déclaré le cabinet du ministre-président Geert Bourgeois. "L'année dernière, on a transporté des lunettes de tir en Arabie saoudite, mais celles-ci n'étaient pas destinées à des fins militaires". Pourtant, l'affirmation de Bourgeois est inexacte, déclarent à la fois Diederik Cops de l'Institut de Paix flamand et Ludo De Brabander de l'ASBL Vrede. "On ignore la destination de plus de la moitié de l'exportation d'armes belges, qui disparaissent des radars. On sait que les avions de combat Eurofighters utilisés au Yémen sont équipés d'appareillage et d'électronique livrés par l'entreprise belge Advionis à l'Allemagne et ensuite vendus à l'Arabie saoudite. "De cette façon, la technologie flamande aboutit dans des armes exportées par d'autres pays vers des régions problématiques", explique De Brabander, dont Diederik Cops partage l'avis. L'exportation d'armes est une compétence régionale Alors que la politique étrangère belge répugne de l'Arabie saoudite, nos armes s'y exportent sans aucun problème. Un grand écart qui est, comme souvent en Belgique, teinté de communautaire : le gouvernement fédéral définit la politique étrangère, mais la compétence pour l'exportation d'armes relève des régions. L'usine FN Herstal par exemple est 100% aux mains de la Région wallonne, d'après Ludo De Brabander, c'est là une situation sordide : la Wallonie est en même temps responsable de l'octroi des licences d'armes nécessaires. "C'est ainsi qu'on crée une atmosphère de conflit d'intérêts, où l'on demande au producteur de mettre de l'ordre dans les licences.""Nous plaidons en faveur d'un renforcement d'une coopération entre le niveau fédéral et régional pour améliorer la concertation et l'échange d'informations, et d'une meilleure harmonisation de la politique étrangère en cas de crise géopolitique", déclare Cops. Pour De Brabander, il faut un embargo européen contre l'Arabie saoudite - même si cela va à l'encontre de la réalité politique de l'Union. "L'année dernière, une grande majorité du parlement européen a voté une résolution en faveur d'embargo sur les armes. Mais les plus grands fournisseurs d'armes, dont la France et le Royaume-Uni, ont déclaré qu'ils n'étaient pas d'accord."