Notre pays fait partie de ceux où l'offre n'est pas à la hauteur de la demande. La Belgique, avec ses 39% d'enfants de moins de trois ans placés dans un milieu d'accueil est très éloignée du leader danois, qui dépasse 70%. L'ONE rappelle cependant qu'en dix ans la Fédération Wallonie-Bruxelles est passée de 30.000 à 40.000 places d'accueil, et que dans quatre ans 7.300 autres places devraient être créées. Les 5.600 suivantes sont prévues à l'horizon 2022.

Deuxième point noir pour la Belgique: le faible niveau de formation de ses accueillantes. L'étude promeut ainsi un bachelier de trois ans, là où les puéricultrices belges sortent d'humanités professionnelles à 18 ans, et que les accueillantes à domicile n'ont qu'une formation d'une centaine d'heures.

Pour l'ONE, le rapport Eurydice pose en tout cas de nombreuses questions intéressantes à l'heure où elle est en pleine réflexion sur sa future réforme des milieux d'accueil.

Notre pays fait partie de ceux où l'offre n'est pas à la hauteur de la demande. La Belgique, avec ses 39% d'enfants de moins de trois ans placés dans un milieu d'accueil est très éloignée du leader danois, qui dépasse 70%. L'ONE rappelle cependant qu'en dix ans la Fédération Wallonie-Bruxelles est passée de 30.000 à 40.000 places d'accueil, et que dans quatre ans 7.300 autres places devraient être créées. Les 5.600 suivantes sont prévues à l'horizon 2022. Deuxième point noir pour la Belgique: le faible niveau de formation de ses accueillantes. L'étude promeut ainsi un bachelier de trois ans, là où les puéricultrices belges sortent d'humanités professionnelles à 18 ans, et que les accueillantes à domicile n'ont qu'une formation d'une centaine d'heures. Pour l'ONE, le rapport Eurydice pose en tout cas de nombreuses questions intéressantes à l'heure où elle est en pleine réflexion sur sa future réforme des milieux d'accueil.