Le comité de concertation, qui réunit les gouvernements fédéral, communautaires et régionaux, a pris acte du programme de stabilité et approuvé le programme national de réformes qui l'accompagne. Le retour à l'équilibre concerne l'ensemble des niveaux de pouvoir. Comme en 2014, le programme de stabilité est indicatif puisque des élections auront lieu au mois de mai.

Le programme de réformes reprend les réformes structurelles engagées par des différents gouvernements. Les axes prioritaires sont l'emploi, les investissements et la mobilité. Un accent est également mis sur l'énergie.

Au cours de la législature, le gouvernement fédéral a reporté plusieurs fois le retour à l'équilibre.

"Le gouvernement fédéral a toujours préféré un assainissement raisonnable soutenant la reprise économique, la création d'emplois et le soutien aux investissements stratégiques: mobilité, énergie, digitalisation, infrastructures... Et notre méthode est un succès! ", a souligné le Premier ministre, Charles Michel.

"Des efforts conséquents ont déjà été fournis sous cette législature, au niveau du déficit et de la dette de la Belgique. Mais ce travail ne peut pas être qu'une parenthèse de quatre ans. Je me réjouis donc que l'ensemble des partenaires montrent leur intention de s'inscrire dans une démarche commune de responsabilité", a indiqué de son côté la ministre du Budget, Sophie Wilmès.