"Cette dernière somme permet de rencontrer la demande adressée au gouvernement par l'ensemble du secteur", explique le ministre du Budget et de la Politique scientifique, David Clarinval (MR), dans un communiqué. Les 22 États membres de l'ESA sont attendus mercredi et jeudi prochains à Séville (Espagne) pour un conseil ministériel de l'ESA qui arrêtera les choix budgétaires et la programmation spatiale de l'agence pour les cinq ans à venir. Bien qu'il soit en affaires courantes, le gouvernement Wilmès a tenu à engager des montants nouveaux (50 millions d'euros par an) pour répondre à des demandes du secteur. Cet engagement, qui devra être confirmé par un gouvernement de plein exercice, relève d'une technique classique acceptée par l'ESA pour les exécutifs nationaux en affaires courantes. C'est que la Belgique entend bien conforter sa place de sixième contributrice au budget de l'agence spatiale pour préserver ses retombées économiques et scientifiques. "C'est vrai tant pour l'emploi que pour la recherche et le développement qui permettent aux entreprises présentes dans les trois régions de notre pays de travailler aux investissements porteurs de demain. La Belgique doit conserver ses acquis, mais aussi assurer la compétitivité de nos acteurs industriels", plaide M. Clarinval, qui sera présent à Séville. Pour tout euro investi par un pays, l'ESA garantit un "juste retour" en contrats pour ses entreprises. Le taux de ce retour varie entre 80% et 120% du montant alloué, mais dans les faits il est supérieur à 100%, selon le gouvernement. "A cela s'ajoute un effet multiplicateur allant de 1 à 6 pour notre économie, chaque entreprise obtenant ces contrats sous-traitant elle-même une partie de sa production", souligne la Première ministre Sophie Wilmès (MR). Selon le gouvernement, le financement belge de l'ESA a permis, depuis 2015, de créer plus de 6.470 emplois équivalents temps plein et de générer un chiffre d'affaires de 1,56 milliard d'euros, tout en positionnant les chercheurs belges "dans le top mondial". (Belga)

"Cette dernière somme permet de rencontrer la demande adressée au gouvernement par l'ensemble du secteur", explique le ministre du Budget et de la Politique scientifique, David Clarinval (MR), dans un communiqué. Les 22 États membres de l'ESA sont attendus mercredi et jeudi prochains à Séville (Espagne) pour un conseil ministériel de l'ESA qui arrêtera les choix budgétaires et la programmation spatiale de l'agence pour les cinq ans à venir. Bien qu'il soit en affaires courantes, le gouvernement Wilmès a tenu à engager des montants nouveaux (50 millions d'euros par an) pour répondre à des demandes du secteur. Cet engagement, qui devra être confirmé par un gouvernement de plein exercice, relève d'une technique classique acceptée par l'ESA pour les exécutifs nationaux en affaires courantes. C'est que la Belgique entend bien conforter sa place de sixième contributrice au budget de l'agence spatiale pour préserver ses retombées économiques et scientifiques. "C'est vrai tant pour l'emploi que pour la recherche et le développement qui permettent aux entreprises présentes dans les trois régions de notre pays de travailler aux investissements porteurs de demain. La Belgique doit conserver ses acquis, mais aussi assurer la compétitivité de nos acteurs industriels", plaide M. Clarinval, qui sera présent à Séville. Pour tout euro investi par un pays, l'ESA garantit un "juste retour" en contrats pour ses entreprises. Le taux de ce retour varie entre 80% et 120% du montant alloué, mais dans les faits il est supérieur à 100%, selon le gouvernement. "A cela s'ajoute un effet multiplicateur allant de 1 à 6 pour notre économie, chaque entreprise obtenant ces contrats sous-traitant elle-même une partie de sa production", souligne la Première ministre Sophie Wilmès (MR). Selon le gouvernement, le financement belge de l'ESA a permis, depuis 2015, de créer plus de 6.470 emplois équivalents temps plein et de générer un chiffre d'affaires de 1,56 milliard d'euros, tout en positionnant les chercheurs belges "dans le top mondial". (Belga)