L'amendement de Doha, adopté en décembre 2012, soumet les pays développés à des engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour la période 2013-2020, la seconde période d'engagement sous le protocole de Kyoto après 2008-2012. L'après 2020 est quant à lui couvert par l'Accord de Paris, conclu fin 2015 et entré en vigueur en novembre 2016. Pour la Belgique, l'amendement de Doha prévoit une réduction des émissions de GES de 18% en 2020 par rapport à 1990, année de référence du protocole de Kyoto, après un objectif de -5% pour 2012. Le texte ajoute en outre le trifluorure d'azote (NF3) parmi les six gaz à effet de serre visés. L'amendement de Doha n'est toutefois pas encore entré en vigueur, faute d'un nombre suffisant de ratifications. 144 ratifications sont nécessaires alors que seulement 88 pays l'ont fait jusqu'à présent. La Belgique a déposé son instrument de ratification mardi auprès des Nations unies en compagnie de l'Allemagne, hôte de la COP23, de la Suède et de l'Espagne. Ces ratifications interviennent alors que de nombreuses voix s'élèvent lors de la COP23 Bonn en faveur d'un relèvement de l'ambition pré-2020 dans la lutte contre le réchauffement climatique. (Belga)

L'amendement de Doha, adopté en décembre 2012, soumet les pays développés à des engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour la période 2013-2020, la seconde période d'engagement sous le protocole de Kyoto après 2008-2012. L'après 2020 est quant à lui couvert par l'Accord de Paris, conclu fin 2015 et entré en vigueur en novembre 2016. Pour la Belgique, l'amendement de Doha prévoit une réduction des émissions de GES de 18% en 2020 par rapport à 1990, année de référence du protocole de Kyoto, après un objectif de -5% pour 2012. Le texte ajoute en outre le trifluorure d'azote (NF3) parmi les six gaz à effet de serre visés. L'amendement de Doha n'est toutefois pas encore entré en vigueur, faute d'un nombre suffisant de ratifications. 144 ratifications sont nécessaires alors que seulement 88 pays l'ont fait jusqu'à présent. La Belgique a déposé son instrument de ratification mardi auprès des Nations unies en compagnie de l'Allemagne, hôte de la COP23, de la Suède et de l'Espagne. Ces ratifications interviennent alors que de nombreuses voix s'élèvent lors de la COP23 Bonn en faveur d'un relèvement de l'ambition pré-2020 dans la lutte contre le réchauffement climatique. (Belga)