"Nous avons envoyé des félicitations au nouveau président. Bien sûr, nous avons de nombreux doutes sur le processus (électoral), mais le plus important maintenant est de voir s'il est possible que la politique change" en RDC, a affirmé M. Reynders, évoquant l'engagement du président proclamé à libérer tous les prisonniers politiques. "On verra dans les prochaines semaines, les prochains mois, si la manière de diriger le pays change en faveur de la population. C'est un pays très riche, notamment en ressources, mais tant de gens y vivent dans la pauvreté". Le chef de la diplomatie belge a également insisté sur la nécessité de relancer de bonnes relations avec l'Union européenne, après l'expulsion de son ambassadeur à Kinshasa, le diplomate belge Bart Ouvry, peu avant le scrutin présidentiel. (Belga)

"Nous avons envoyé des félicitations au nouveau président. Bien sûr, nous avons de nombreux doutes sur le processus (électoral), mais le plus important maintenant est de voir s'il est possible que la politique change" en RDC, a affirmé M. Reynders, évoquant l'engagement du président proclamé à libérer tous les prisonniers politiques. "On verra dans les prochaines semaines, les prochains mois, si la manière de diriger le pays change en faveur de la population. C'est un pays très riche, notamment en ressources, mais tant de gens y vivent dans la pauvreté". Le chef de la diplomatie belge a également insisté sur la nécessité de relancer de bonnes relations avec l'Union européenne, après l'expulsion de son ambassadeur à Kinshasa, le diplomate belge Bart Ouvry, peu avant le scrutin présidentiel. (Belga)