Les établissements confieront ainsi leur cuisine à un chef venus de Syrie, d'Irak, du Liban ou encore de Somalie, le temps d'un ou plusieurs services, lors de déjeuners, brunchs, dîners ou soirées cocktails. "Henri", "San Sablon", "Le Mess", "Le local", "Le tournant", "Les gastrosophes", "L'estaminet" et "Humus x Hortense" proposeront cartes blanches ou menus à quatre mains. L'initiative a aussi pour vocation de rassembler les citoyens autour d'une table et de valoriser les talents de ces cuisiniers tout en accélérant l'insertion professionnelle de ces derniers. L'événement a été imaginé il y a quatre ans par Food Sweet Food à l'occasion de la Journée mondiale du réfugié. A l'international, il en est donc à sa quatrième édition. Depuis 2016, l'événement a rassemblé près de 160 cuisiniers réfugiés (de 43 nationalités) qui ont fait découvrir leur cuisine à plus 30.000 citoyens. 59% des cuisiniers participants ont d'ailleurs eu accès à au moins une opportunité professionnelle grâce au festival tandis que 70% des convives considèrent que l'événement a fait évoluer positivement le regard qu'ils portent sur les personnes réfugiées. Le Refugee food festival a également lieu à Paris, New York, Le Cap, Bologne, Copenhague, Londres, Madrid, Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes, Strasbourg, Genève et Lyon. (Belga)