En prélude à ce premier long métrage du festival, le président Jean-Louis Close s'est épanché sur l'évolution du monde. L'ancien bourgmestre de Namur a à nouveau dénoncé le discours "rétrograde" du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui représente pour lui un "échec pour ceux qui" nous gouvernent et est indigne "des générations qui se sont levées" pour dénoncer un monde qui s'individualise. Pour le président du festival et sa déléguée générale Nicole Gillet, le cinéma permet justement "de dénoncer l'hypocrisie et d'apporter des éléments de réflexion" au public et à la jeune génération. C'est en tout cas l'objectif visé par la sélection 2019, en se voulant engagée, "féministe et fantaisiste", à l'image du film d'ouverture. Chambre 212 fait partie des 12 longs métrages qui concourent en sélection officielle. Parmi ceux-ci, on retrouve cinq productions ou coproductions belges ainsi que la dernière oeuvre du réalisateur québécois Xavier Dolan, "Matthias et Maxime". Au total, quelque 140 oeuvres de fiction ou documentaires seront diffusées dans les salles obscures de la capitale wallonne tout au long de la semaine. La remise des Bayards aura lieu le vendredi 4 octobre au sein du Delta, ex-maison de la Culture de Namur, inauguré le week-end dernier. (Belga)