Ce type d'opération, sollicité depuis la première vague de coronavirus mais "qui restera exceptionnel" selon le pneumologue Geert Verleden, est soumis à une série de conditions. "La transplantation pulmonaire est réservée aux personnes en danger de mort après avoir passé au moins quatre semaines aux soins intensifs et sous assistance respiratoire", souligne le pneumologue. "Il y a également un critère d'âge : plus le patient est jeune, plus il a de chances de recevoir de nouveaux poumons. Il devait également être en bonne santé avant sa contamination au Covid-19, de préférence non-fumeur et pas en surpoids". Pour bénéficier de la greffe, le patient doit également être guéri du coronavirus afin que les médecins puissent "effectuer la transplantation en toute sécurité". Il est, en outre, "soumis à un examen neurologique, et doit bien sûr aussi répondre aux exigences de l'organisation de coopération internationale Eurotransplant, qui a des critères spécifiques pour les transplantations pulmonaires urgentes", ajoute le pneumologue. Une personne répondant à ces différents critères a reçu le 1er janvier 2021 une transplantation pulmonaire à l'UZ Leuven. L'intervention s'est bien passée et le patient se porte bien, précise l'hôpital flamand. Un deuxième patient aux soins intensifs a bénéficié d'une transplantation pulmonaire une semaine plus tard. (Belga)

Ce type d'opération, sollicité depuis la première vague de coronavirus mais "qui restera exceptionnel" selon le pneumologue Geert Verleden, est soumis à une série de conditions. "La transplantation pulmonaire est réservée aux personnes en danger de mort après avoir passé au moins quatre semaines aux soins intensifs et sous assistance respiratoire", souligne le pneumologue. "Il y a également un critère d'âge : plus le patient est jeune, plus il a de chances de recevoir de nouveaux poumons. Il devait également être en bonne santé avant sa contamination au Covid-19, de préférence non-fumeur et pas en surpoids". Pour bénéficier de la greffe, le patient doit également être guéri du coronavirus afin que les médecins puissent "effectuer la transplantation en toute sécurité". Il est, en outre, "soumis à un examen neurologique, et doit bien sûr aussi répondre aux exigences de l'organisation de coopération internationale Eurotransplant, qui a des critères spécifiques pour les transplantations pulmonaires urgentes", ajoute le pneumologue. Une personne répondant à ces différents critères a reçu le 1er janvier 2021 une transplantation pulmonaire à l'UZ Leuven. L'intervention s'est bien passée et le patient se porte bien, précise l'hôpital flamand. Un deuxième patient aux soins intensifs a bénéficié d'une transplantation pulmonaire une semaine plus tard. (Belga)