Ce vaccin n'utilise pas la technologie ARN comme les vaccins approuvés de Pfizer et Moderna. 350 personnes participeront à l'étude à Gand pour la phase 3 du vaccin de Johnson&Johnson. Un certain nombre d'études de phase 3 seront menées à Gand pour tester l'efficacité scientifique du vaccin. Une étude sur le candidat-vaccin de Curevac est déjà en cours et une nouvelle étude suivra la semaine prochaine sur le vaccin de Johnson&Johnson. "Pour la vaccination de l'ensemble de la population mondiale, plusieurs vaccins sont nécessaires", a expliqué Isabel Leroux-Roels, chef de service. "Le passage à cet essai de phase 3 est une bonne nouvelle pour le développement ultérieur et l'approbation éventuelle d'un vaccin supplémentaire contre le Covid-19". Le vaccin de Johnson&Johnson est un vaccin à vecteur. Sur base d'un virus du rhume, il introduit dans le corps l'ADN de la protéine S du coronavirus. Le corps produit ainsi des anti-corps contre la protéine S pour le protéger contre le virus. "Ce vaccin ne peut causer aucune maladie. Ce type de vaccin a déjà été développé et approuvé dans la lutte contre ebola", expliquent les chercheurs. Les participants recevront deux vaccins avec un intervalle de huit semaines. Ils ont 50% de chances de recevoir deux doses du vaccin actif contre le Covid-19 et 50% de chances de recevoir un placebo. L'étude sur ce vaccin se déroule dans plusieurs centres dans le monde. Au total, Johnson&Johnson recherche 30.000 participants. En Belgique, 3.000 personnes y prendront part dont 350 à l'UZ Gent. Il s'agit de gens âgés de 18 ans, en bonne santé et qui n'ont pas été contaminés par le coronavirus. (Belga)

Ce vaccin n'utilise pas la technologie ARN comme les vaccins approuvés de Pfizer et Moderna. 350 personnes participeront à l'étude à Gand pour la phase 3 du vaccin de Johnson&Johnson. Un certain nombre d'études de phase 3 seront menées à Gand pour tester l'efficacité scientifique du vaccin. Une étude sur le candidat-vaccin de Curevac est déjà en cours et une nouvelle étude suivra la semaine prochaine sur le vaccin de Johnson&Johnson. "Pour la vaccination de l'ensemble de la population mondiale, plusieurs vaccins sont nécessaires", a expliqué Isabel Leroux-Roels, chef de service. "Le passage à cet essai de phase 3 est une bonne nouvelle pour le développement ultérieur et l'approbation éventuelle d'un vaccin supplémentaire contre le Covid-19". Le vaccin de Johnson&Johnson est un vaccin à vecteur. Sur base d'un virus du rhume, il introduit dans le corps l'ADN de la protéine S du coronavirus. Le corps produit ainsi des anti-corps contre la protéine S pour le protéger contre le virus. "Ce vaccin ne peut causer aucune maladie. Ce type de vaccin a déjà été développé et approuvé dans la lutte contre ebola", expliquent les chercheurs. Les participants recevront deux vaccins avec un intervalle de huit semaines. Ils ont 50% de chances de recevoir deux doses du vaccin actif contre le Covid-19 et 50% de chances de recevoir un placebo. L'étude sur ce vaccin se déroule dans plusieurs centres dans le monde. Au total, Johnson&Johnson recherche 30.000 participants. En Belgique, 3.000 personnes y prendront part dont 350 à l'UZ Gent. Il s'agit de gens âgés de 18 ans, en bonne santé et qui n'ont pas été contaminés par le coronavirus. (Belga)