La 1st Armored Brigade Combat Team (ABCT), issue de la 1st Infantry Division et casernée à Fort Riley, au Kansas (centre des États-Unis), se déploiera ainsi durant neuf mois pour participer à l'opération américaine "Atlantic Resolve", en cours depuis 2016, deux ans après l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou. Cette brigade, forte de quelque 3.800 militaires, succèdera à la 1st Armored Brigade Combat Team (1ère brigade blindée de la 1st Cavalry Division - 1ère division de cavalerie) basée à Fort Hood, au Texas, qui assurait la septième rotation de l'"Atlantic Resolve" et était présente en Europe depuis octobre dernier, a précisé l'US Army dans un communiqué. L'opération "Atlantic Resolve", purement américaine, avait été lancée en 2016 par le président démocrate Barack Obama, avant d'être confirmée par son successeur, le républicain Donald Trump, et poursuivie par l'actuel président, le démocrate Joe Biden, un fervent atlantiste. Elle fait suite à l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou au printemps 2014. Elle vise, selon Washington, à dissuader une éventuelle agression russe et à rassurer les membres est-européens de l'Otan, dont les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Pologne, mais aussi la Roumanie et la Bulgarie. (Belga)

La 1st Armored Brigade Combat Team (ABCT), issue de la 1st Infantry Division et casernée à Fort Riley, au Kansas (centre des États-Unis), se déploiera ainsi durant neuf mois pour participer à l'opération américaine "Atlantic Resolve", en cours depuis 2016, deux ans après l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou. Cette brigade, forte de quelque 3.800 militaires, succèdera à la 1st Armored Brigade Combat Team (1ère brigade blindée de la 1st Cavalry Division - 1ère division de cavalerie) basée à Fort Hood, au Texas, qui assurait la septième rotation de l'"Atlantic Resolve" et était présente en Europe depuis octobre dernier, a précisé l'US Army dans un communiqué. L'opération "Atlantic Resolve", purement américaine, avait été lancée en 2016 par le président démocrate Barack Obama, avant d'être confirmée par son successeur, le républicain Donald Trump, et poursuivie par l'actuel président, le démocrate Joe Biden, un fervent atlantiste. Elle fait suite à l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou au printemps 2014. Elle vise, selon Washington, à dissuader une éventuelle agression russe et à rassurer les membres est-européens de l'Otan, dont les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Pologne, mais aussi la Roumanie et la Bulgarie. (Belga)