Pour ce faire, le budget de ce mécanisme a été considérablement augmenté: 1,263 milliard d'euros seront alloués sur la programmation 2021-2027, complétés par 2,056 milliards d'euros du plan de relance de l'UE, soit un budget global près de cinq fois supérieur à celui disponible au cours des sept dernières années. "Il y a un an, la pandémie est arrivée aux portes de l'Europe, et la demande de soutien de l'Italie via le mécanisme de protection civile de l'UE est restée sans réponse car les États membres étaient confrontés à la perspective immédiate d'une pandémie qui les toucherait directement. L'accord conclu veille à ce qu'aucun appel à l'aide d'un État membre à l'Union ne reste sans réponse", a affirmé l'eurodéputé grec Nikos Androulakis (S&D), rapporteur sur ce dossier. Le mécanisme de protection civile de l'UE a été créé en 2013 sur base d'une participation volontaire pour aider les États membres à faire face à des catastrophes naturelles telles que des feux de forêts ou des séismes. Il a été renforcé en 2019 avec la création de "rescEU", qui permet d'acquérir conjointement des ressources afin d'aider directement les États membres touchés par des catastrophes lorsque les capacités nationales sont surexploitées, ce qui fut le cas lors de l'éclatement de la crise de la Covid-19. Après de douloureux cafouillages, la protection civile de l'UE a facilité au printemps 2020 le rapatriement de plus de 90.000 citoyens européens de partout dans le monde. Plus d'1,3 million de masques de protection, ainsi que des ventilateurs, des équipements de protection individuelle, des produits thérapeutiques et d'autres fournitures ont été achetés et développés via rescEU en vue de soutenir les services de santé nationaux. Une nouvelle réserve médicale rescEU, actuellement hébergée par neuf États membres dont la Belgique, doit permettre à l'UE de réagir plus rapidement aux crises. (Belga)

Pour ce faire, le budget de ce mécanisme a été considérablement augmenté: 1,263 milliard d'euros seront alloués sur la programmation 2021-2027, complétés par 2,056 milliards d'euros du plan de relance de l'UE, soit un budget global près de cinq fois supérieur à celui disponible au cours des sept dernières années. "Il y a un an, la pandémie est arrivée aux portes de l'Europe, et la demande de soutien de l'Italie via le mécanisme de protection civile de l'UE est restée sans réponse car les États membres étaient confrontés à la perspective immédiate d'une pandémie qui les toucherait directement. L'accord conclu veille à ce qu'aucun appel à l'aide d'un État membre à l'Union ne reste sans réponse", a affirmé l'eurodéputé grec Nikos Androulakis (S&D), rapporteur sur ce dossier. Le mécanisme de protection civile de l'UE a été créé en 2013 sur base d'une participation volontaire pour aider les États membres à faire face à des catastrophes naturelles telles que des feux de forêts ou des séismes. Il a été renforcé en 2019 avec la création de "rescEU", qui permet d'acquérir conjointement des ressources afin d'aider directement les États membres touchés par des catastrophes lorsque les capacités nationales sont surexploitées, ce qui fut le cas lors de l'éclatement de la crise de la Covid-19. Après de douloureux cafouillages, la protection civile de l'UE a facilité au printemps 2020 le rapatriement de plus de 90.000 citoyens européens de partout dans le monde. Plus d'1,3 million de masques de protection, ainsi que des ventilateurs, des équipements de protection individuelle, des produits thérapeutiques et d'autres fournitures ont été achetés et développés via rescEU en vue de soutenir les services de santé nationaux. Une nouvelle réserve médicale rescEU, actuellement hébergée par neuf États membres dont la Belgique, doit permettre à l'UE de réagir plus rapidement aux crises. (Belga)