L'objectif est de mobiliser près de 8 milliards d'euros pour aider les réfugiés syriens, mais les fonds promis ne devront pas servir à soutenir le régime du Bachar al-Assad dans sa reconquête, ont averti les Européens. Les Nations unies ont chiffré à 4,4 milliards d'euros les besoins financiers pour assister les quelque 5,6 millions de Syriens réfugiés hors de leur pays, en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Egypte. Un montant additionnel de 2,9 milliards d'euros est destiné aux populations à l'intérieur de la Syrie confrontées à une situation humanitaire qualifiée d'"insoutenable" par l'ONG Médecins du monde. En 2018, les engagements avaient été très en deçà des attentes avec 3,5 milliards d'euros, soit la moitié des 7,3 milliards d'euros demandés par l'ONU. L'Union européenne représente les trois quarts des promesses de dons. Les Etats-Unis n'avaient en revanche pas communiqué le montant de leur contribution l'année dernière. (Belga)

L'objectif est de mobiliser près de 8 milliards d'euros pour aider les réfugiés syriens, mais les fonds promis ne devront pas servir à soutenir le régime du Bachar al-Assad dans sa reconquête, ont averti les Européens. Les Nations unies ont chiffré à 4,4 milliards d'euros les besoins financiers pour assister les quelque 5,6 millions de Syriens réfugiés hors de leur pays, en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Egypte. Un montant additionnel de 2,9 milliards d'euros est destiné aux populations à l'intérieur de la Syrie confrontées à une situation humanitaire qualifiée d'"insoutenable" par l'ONG Médecins du monde. En 2018, les engagements avaient été très en deçà des attentes avec 3,5 milliards d'euros, soit la moitié des 7,3 milliards d'euros demandés par l'ONU. L'Union européenne représente les trois quarts des promesses de dons. Les Etats-Unis n'avaient en revanche pas communiqué le montant de leur contribution l'année dernière. (Belga)