L'université hennuyère ne dispose pour le moment que du bachelier en sciences médicales. Ses étudiants en médecine, pharmacie et sciences biomédicales sont donc ensuite contraints de poursuivre leur cursus ailleurs, "ce qui n'aide pas à résoudre la pénurie de médecins et de spécialistes de la santé que rencontre le Hainaut, province la plus peuplée de Wallonie", souligne l'UMons. En outre, 61% des généralistes hennuyers étaient âgés de 55 ans et plus, pour 56% en Wallonie et 52% en Belgique, d'après les chiffres de 2016 de l'Observatoire de Santé du Hainaut. Ces proportions ont doublé par rapport à 10 ans auparavant. "Il faut s'attendre à une diminution importante de l'activité de nombreux médecins qui atteindront l'âge de 65 ans dans les prochaines années", alertait d'ailleurs l'Observatoire. De plus, pointe l'UMons, le taux de mortalité globale est plus élevé au Hainaut qu'en Wallonie (+5%) et qu'en Belgique (+17%). Le taux de mortalité prématurée (avant 65 ans) est aussi de 11% supérieur par rapport à la moyenne wallonne et de 38% par rapport à la moyenne nationale. Un Hennuyer présente ainsi une espérance de vie de 75,9 ans, soit trois années de moins que la moyenne belge. L'espérance de vie des femmes au Hainaut est, elle, de 81,6 ans, soit une différence - plus réduite - de 18 mois. Le moment est donc venu pour l'UMons de solliciter l'organisation d'un master en médecine, une "revendication émanant de manière pressante des responsables de la province du Hainaut, particulièrement des milieux hospitaliers", selon l'institution. L'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares) devra analyser cette requête de l'université montoise. Si elle l'approuve, l'académie la proposera ensuite au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui, à son tour, la soumettra au vote des parlementaires. (Belga)

L'université hennuyère ne dispose pour le moment que du bachelier en sciences médicales. Ses étudiants en médecine, pharmacie et sciences biomédicales sont donc ensuite contraints de poursuivre leur cursus ailleurs, "ce qui n'aide pas à résoudre la pénurie de médecins et de spécialistes de la santé que rencontre le Hainaut, province la plus peuplée de Wallonie", souligne l'UMons. En outre, 61% des généralistes hennuyers étaient âgés de 55 ans et plus, pour 56% en Wallonie et 52% en Belgique, d'après les chiffres de 2016 de l'Observatoire de Santé du Hainaut. Ces proportions ont doublé par rapport à 10 ans auparavant. "Il faut s'attendre à une diminution importante de l'activité de nombreux médecins qui atteindront l'âge de 65 ans dans les prochaines années", alertait d'ailleurs l'Observatoire. De plus, pointe l'UMons, le taux de mortalité globale est plus élevé au Hainaut qu'en Wallonie (+5%) et qu'en Belgique (+17%). Le taux de mortalité prématurée (avant 65 ans) est aussi de 11% supérieur par rapport à la moyenne wallonne et de 38% par rapport à la moyenne nationale. Un Hennuyer présente ainsi une espérance de vie de 75,9 ans, soit trois années de moins que la moyenne belge. L'espérance de vie des femmes au Hainaut est, elle, de 81,6 ans, soit une différence - plus réduite - de 18 mois. Le moment est donc venu pour l'UMons de solliciter l'organisation d'un master en médecine, une "revendication émanant de manière pressante des responsables de la province du Hainaut, particulièrement des milieux hospitaliers", selon l'institution. L'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares) devra analyser cette requête de l'université montoise. Si elle l'approuve, l'académie la proposera ensuite au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui, à son tour, la soumettra au vote des parlementaires. (Belga)