"Nous ne voulons pas simplement attendre qu'un nombre plus élevé de femmes opte pour cette filière", explique Jan Danckaert, professeur et vice-recteur en charge de l'enseignement et de l'accompagnement des étudiants à la VUB. "Le programme s'adresse dès lors aux femmes qui travaillent déjà ou qui ont choisi d'étudier un autre domaine." L'économie belge fait face à un double défi. Les spécialistes des technologies de l'information sont trop peu nombreux pour combler les emplois vacants du secteur, et à peine 3% d'entre eux sont des femmes. La formation, ouverte à 20 étudiants, dont la moitié devra être des femmes, s'étendra sur un an. Elle sera donnée en anglais, avec le soutien de Febelfin, Agoria et de la FEB. (Belga)

"Nous ne voulons pas simplement attendre qu'un nombre plus élevé de femmes opte pour cette filière", explique Jan Danckaert, professeur et vice-recteur en charge de l'enseignement et de l'accompagnement des étudiants à la VUB. "Le programme s'adresse dès lors aux femmes qui travaillent déjà ou qui ont choisi d'étudier un autre domaine." L'économie belge fait face à un double défi. Les spécialistes des technologies de l'information sont trop peu nombreux pour combler les emplois vacants du secteur, et à peine 3% d'entre eux sont des femmes. La formation, ouverte à 20 étudiants, dont la moitié devra être des femmes, s'étendra sur un an. Elle sera donnée en anglais, avec le soutien de Febelfin, Agoria et de la FEB. (Belga)