Volodymyr Zelensky, 41 ans et dont la seule expérience de gouvernance se résume à incarner un professeur d'histoire devenu subitement président dans une série télévisée, devance de loin ses rivaux avec plus de 25% des intentions de vote, selon les derniers sondages publiés cette semaine. Il est suivi par deux vétérans de la politique ukrainienne: le président sortant Petro Porochenko et l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, sur un total record de 39 candidats en lice. "Il faut encore un mandat présidentiel pour que les réformes deviennent irréversibles", a plaidé samedi M. Porochenko, 53 ans, lors d'un service religieux à Kiev, se plaçant comme l'artisan d'une adhésion future de l'Ukraine à l'UE et à l'Otan. Infatigable figure de la politique ukrainienne, Mme Timochenko, 58 ans, dont c'est la troisième présidentielle, a pour sa part fait campagne en promettant notamment de diviser par deux les prix du gaz pour la population, au risque de fâcher les bailleurs de fonds de Kiev. Taxée de populisme par ses détracteurs, elle a plaidé lors de son dernier rassemblement vendredi en faveur d'une "nouvelle stratégie" pour faire sortir la situation de l'impasse dans l'est séparatiste. Les trois candidats favoris sont en faveur de la poursuite du rapprochement avec l'Occident. (Belga)

Volodymyr Zelensky, 41 ans et dont la seule expérience de gouvernance se résume à incarner un professeur d'histoire devenu subitement président dans une série télévisée, devance de loin ses rivaux avec plus de 25% des intentions de vote, selon les derniers sondages publiés cette semaine. Il est suivi par deux vétérans de la politique ukrainienne: le président sortant Petro Porochenko et l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, sur un total record de 39 candidats en lice. "Il faut encore un mandat présidentiel pour que les réformes deviennent irréversibles", a plaidé samedi M. Porochenko, 53 ans, lors d'un service religieux à Kiev, se plaçant comme l'artisan d'une adhésion future de l'Ukraine à l'UE et à l'Otan. Infatigable figure de la politique ukrainienne, Mme Timochenko, 58 ans, dont c'est la troisième présidentielle, a pour sa part fait campagne en promettant notamment de diviser par deux les prix du gaz pour la population, au risque de fâcher les bailleurs de fonds de Kiev. Taxée de populisme par ses détracteurs, elle a plaidé lors de son dernier rassemblement vendredi en faveur d'une "nouvelle stratégie" pour faire sortir la situation de l'impasse dans l'est séparatiste. Les trois candidats favoris sont en faveur de la poursuite du rapprochement avec l'Occident. (Belga)