"Les éléments de preuve et les témoignages d'étudiants démontrent que les irrégularités étaient bien plus importantes qu'initialement craint", explique l'université. Les réponses similaires étaient étrangement nombreuses aux examens des 1er Bac qui devaient présenter une série d'épreuves en ligne depuis chez eux, l'université désirant limiter la propagation du coronavirus. Des étudiants se seraient échangés des réponses via Messenger. La fraude "ne se limite pas à ce groupe Messenger suspect dont entre-temps, tout le monde a entendu parler, mais s'est mise en place sous plusieurs formes différentes", selon l'UGent. Bien que cette tricherie ne soit que le fait de quelques uns, l'ensemble des 400 étudiants sont concernés par l'invalidation de ces épreuves. "Nous sommes déçus mais nous ne pouvons faire autrement que constater que nous ne pouvons garantir la validité de ces évaluations pour juger de vos compétences individuelles", a expliqué la commission des examens. (Belga)

"Les éléments de preuve et les témoignages d'étudiants démontrent que les irrégularités étaient bien plus importantes qu'initialement craint", explique l'université. Les réponses similaires étaient étrangement nombreuses aux examens des 1er Bac qui devaient présenter une série d'épreuves en ligne depuis chez eux, l'université désirant limiter la propagation du coronavirus. Des étudiants se seraient échangés des réponses via Messenger. La fraude "ne se limite pas à ce groupe Messenger suspect dont entre-temps, tout le monde a entendu parler, mais s'est mise en place sous plusieurs formes différentes", selon l'UGent. Bien que cette tricherie ne soit que le fait de quelques uns, l'ensemble des 400 étudiants sont concernés par l'invalidation de ces épreuves. "Nous sommes déçus mais nous ne pouvons faire autrement que constater que nous ne pouvons garantir la validité de ces évaluations pour juger de vos compétences individuelles", a expliqué la commission des examens. (Belga)