Le fondateur du mouvement identitaire "Schild & Vrienden" faisait partie du conseil d'administration de l'université en tant que représentants des étudiants. En 2018, un reportage de la VRT avait révélé que ce mouvement étudiant nationaliste flamand postait des messages racistes, antisémites, sexistes ou glorifiant la violence dans des groupes de discussion secrets. L'UGent avait immédiatement pris ses distances et initié une procédure disciplinaire à l'encontre de Dries Van Langenhove. Le mandat de ce dernier au conseil d'administration avait été suspendu et ses accès aux bâtiments de l'université retirés. Toutefois, Dries Van Langenhove avait continué à mentionner sur des profils en ligne qu'il était membre du conseil d'administration. "Nous avons essayé de régler ce litige à l'amiable ; cela n'a jamais été le but de se retrouver devant un tribunal. Mais M. Van Langenhove n'a adapté ses profils qu'après avoir été cité en justice", a expliqué lundi l'avocat de l'université. Le député Vlaams Belang ne s'oppose pas à la demande de l'université mais conteste avoir commis une faute. "On m'a demandé de payer la cotisation de membre pour l'année où les accès à l'université m'ont été refusés. J'aimerais que l'UGent me laisse enfin tranquille. Cela n'a pas été un bon mariage entre nous." Le jugement du tribunal est attendu endéans quatre semaines. (Belga)

Le fondateur du mouvement identitaire "Schild & Vrienden" faisait partie du conseil d'administration de l'université en tant que représentants des étudiants. En 2018, un reportage de la VRT avait révélé que ce mouvement étudiant nationaliste flamand postait des messages racistes, antisémites, sexistes ou glorifiant la violence dans des groupes de discussion secrets. L'UGent avait immédiatement pris ses distances et initié une procédure disciplinaire à l'encontre de Dries Van Langenhove. Le mandat de ce dernier au conseil d'administration avait été suspendu et ses accès aux bâtiments de l'université retirés. Toutefois, Dries Van Langenhove avait continué à mentionner sur des profils en ligne qu'il était membre du conseil d'administration. "Nous avons essayé de régler ce litige à l'amiable ; cela n'a jamais été le but de se retrouver devant un tribunal. Mais M. Van Langenhove n'a adapté ses profils qu'après avoir été cité en justice", a expliqué lundi l'avocat de l'université. Le député Vlaams Belang ne s'oppose pas à la demande de l'université mais conteste avoir commis une faute. "On m'a demandé de payer la cotisation de membre pour l'année où les accès à l'université m'ont été refusés. J'aimerais que l'UGent me laisse enfin tranquille. Cela n'a pas été un bon mariage entre nous." Le jugement du tribunal est attendu endéans quatre semaines. (Belga)