"L'ingérence extérieure persistante alimente la crise (...) En particulier, nous insistons sur la nécessité d'éviter (...) des actions qui créent un prétexte pour une ingérence extérieure, qui est contraire aux intérêts du peuple libyen autant qu'aux intérêts européens", affirment dans un communiqué commun M. Borrell et les ministres des Affaires étrangères de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni et d'Italie, réunis mardi à Bruxelles. "Ce n'est pas dit explicitement mais c'est clair pour qui veut bien l'entendre: il est évident que cela fait référence à la décision turque" d'envoyer des militaires en Libye, a expliqué M. Borrell devant les journalistes, à l'issue de la réunion. "Nous rejetons cela, qui ne fait qu'accroître nos préoccupations sur la situation en Libye", a-t-il ajouté. (Belga)

"L'ingérence extérieure persistante alimente la crise (...) En particulier, nous insistons sur la nécessité d'éviter (...) des actions qui créent un prétexte pour une ingérence extérieure, qui est contraire aux intérêts du peuple libyen autant qu'aux intérêts européens", affirment dans un communiqué commun M. Borrell et les ministres des Affaires étrangères de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni et d'Italie, réunis mardi à Bruxelles. "Ce n'est pas dit explicitement mais c'est clair pour qui veut bien l'entendre: il est évident que cela fait référence à la décision turque" d'envoyer des militaires en Libye, a expliqué M. Borrell devant les journalistes, à l'issue de la réunion. "Nous rejetons cela, qui ne fait qu'accroître nos préoccupations sur la situation en Libye", a-t-il ajouté. (Belga)