"Ces derniers mois nous ont montré que ces vidéoconférences étaient très utiles mais qu'elles avaient leurs limites. Elles sont utiles pour dresser un bilan, envisager ce qui a été fait et ce qui doit l'être. Mais lorsqu'il s'agit de travailler sur des solutions concrètes, rien ne peut remplacer une réunion en présentiel", a souligné l'Autrichien, à deux jours du premier Sommet européen en présentiel depuis l'éclatement de la pandémie sur le territoire européen. "C'est néanmoins une opportunité. Nous y aurons recours davantage à l'avenir pour contribuer à une moindre empreinte écologique et à moins de frais de déplacements, tout en visant les mêmes résultats", a-t-il ajouté, interrogé sur ce sujet à l'issue d'un vidéoconférence des ministres des Affaires européennes. (Belga)

"Ces derniers mois nous ont montré que ces vidéoconférences étaient très utiles mais qu'elles avaient leurs limites. Elles sont utiles pour dresser un bilan, envisager ce qui a été fait et ce qui doit l'être. Mais lorsqu'il s'agit de travailler sur des solutions concrètes, rien ne peut remplacer une réunion en présentiel", a souligné l'Autrichien, à deux jours du premier Sommet européen en présentiel depuis l'éclatement de la pandémie sur le territoire européen. "C'est néanmoins une opportunité. Nous y aurons recours davantage à l'avenir pour contribuer à une moindre empreinte écologique et à moins de frais de déplacements, tout en visant les mêmes résultats", a-t-il ajouté, interrogé sur ce sujet à l'issue d'un vidéoconférence des ministres des Affaires européennes. (Belga)