"Aujourd'hui le Conseil a décidé de prolonger les sanctions visant des personnes et des entités qui continuent de saper ou menacer l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, pour six mois supplémentaires, jusqu'au 15 mars 2021", selon un communiqué. Les gels d'avoirs et interdiction de voyager concernent 175 personnalités russes et ukrainiennes, dont de nombreux chefs rebelles, et 44 entités (entreprises, organisations, partis politiques). Les sanctions individuelles font partie des mesures prises par l'UE pour punir Moscou pour son rôle dans le conflit. Le conflit entre les combattants soutenus par la Russie et les troupes ukrainiennes a fait plus de 13.000 morts depuis 2014, quand la Russie a annexé la Crimée et que des forces pro-russes dans l'est de l'Ukraine se sont rebellées contre Kiev. Des sanctions économiques visent par ailleurs les secteurs du pétrole, de la défense et des banques russes. Imposées après la mort de 298 passagers d'un vol de la compagnie Malaysia Airlines abattu par un missile au-dessus de l'Ukraine en juillet 2014, elles ont été prolongées de six mois en juin dernier. L'UE bloque aussi certaines exportations et importations en provenance de la Crimée, et interdit aux entreprises basées dans l'UE d'investir et de fournir des services touristiques dans la péninsule de la mer Noire. (Belga)

"Aujourd'hui le Conseil a décidé de prolonger les sanctions visant des personnes et des entités qui continuent de saper ou menacer l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, pour six mois supplémentaires, jusqu'au 15 mars 2021", selon un communiqué. Les gels d'avoirs et interdiction de voyager concernent 175 personnalités russes et ukrainiennes, dont de nombreux chefs rebelles, et 44 entités (entreprises, organisations, partis politiques). Les sanctions individuelles font partie des mesures prises par l'UE pour punir Moscou pour son rôle dans le conflit. Le conflit entre les combattants soutenus par la Russie et les troupes ukrainiennes a fait plus de 13.000 morts depuis 2014, quand la Russie a annexé la Crimée et que des forces pro-russes dans l'est de l'Ukraine se sont rebellées contre Kiev. Des sanctions économiques visent par ailleurs les secteurs du pétrole, de la défense et des banques russes. Imposées après la mort de 298 passagers d'un vol de la compagnie Malaysia Airlines abattu par un missile au-dessus de l'Ukraine en juillet 2014, elles ont été prolongées de six mois en juin dernier. L'UE bloque aussi certaines exportations et importations en provenance de la Crimée, et interdit aux entreprises basées dans l'UE d'investir et de fournir des services touristiques dans la péninsule de la mer Noire. (Belga)