Le serrage de vis de la fin mars n'a pas conduit à une multiplication des réponses négatives aux demandes d'exportation: il n'y a toujours eu qu'un seul refus, précédant ce renforcement, celui de l'Italie concernant un lot de 250.000 doses de vaccin qu'AstraZeneca voulait envoyer en Australie. Le 24 mars dernier, l'exécutif européen avait adopté des ajustements au mécanisme européen de "transparence et d'autorisation" des exportations de vaccins anti-Covid et substances actives de vaccins depuis l'UE. Ce mécanisme avait été mis sur pied à la hâte pour avoir une vision globale des agissements des compagnies pharmaceutiques sous contrat avec l'UE, de quoi vérifier si elles ne privilégiaient pas injustement des clients extérieurs. L'objectif de l'ajustement de la fin mars était entre autres d'empêcher les contournements via des pays initialement exemptés de ce mécanisme (pays du voisinage, etc.), qui y ont finalement été inclus. Le 24 mars, la Commission parlait de 380 demandes d'exportation déjà acceptées, vers 33 destinations différentes pour un total d'environ 43 millions de doses. Aucun nouveau refus ne s'est entre-temps ajouté au seul enregistré à ce jour, même sous les nouveaux critères et en incluant davantage de pays dans le mécanisme. En date du 7 avril, le total de demandes acceptées par les États membres atteignait cette fois 531, pour l'exportation d'environ 80,1 millions de doses vers 42 pays, affirme la Commission. (Belga)

Le serrage de vis de la fin mars n'a pas conduit à une multiplication des réponses négatives aux demandes d'exportation: il n'y a toujours eu qu'un seul refus, précédant ce renforcement, celui de l'Italie concernant un lot de 250.000 doses de vaccin qu'AstraZeneca voulait envoyer en Australie. Le 24 mars dernier, l'exécutif européen avait adopté des ajustements au mécanisme européen de "transparence et d'autorisation" des exportations de vaccins anti-Covid et substances actives de vaccins depuis l'UE. Ce mécanisme avait été mis sur pied à la hâte pour avoir une vision globale des agissements des compagnies pharmaceutiques sous contrat avec l'UE, de quoi vérifier si elles ne privilégiaient pas injustement des clients extérieurs. L'objectif de l'ajustement de la fin mars était entre autres d'empêcher les contournements via des pays initialement exemptés de ce mécanisme (pays du voisinage, etc.), qui y ont finalement été inclus. Le 24 mars, la Commission parlait de 380 demandes d'exportation déjà acceptées, vers 33 destinations différentes pour un total d'environ 43 millions de doses. Aucun nouveau refus ne s'est entre-temps ajouté au seul enregistré à ce jour, même sous les nouveaux critères et en incluant davantage de pays dans le mécanisme. En date du 7 avril, le total de demandes acceptées par les États membres atteignait cette fois 531, pour l'exportation d'environ 80,1 millions de doses vers 42 pays, affirme la Commission. (Belga)