Christophe Wambersie avait pris la succession de Pierre Colin au poste de secrétaire général de l'UCM en juin 2008. Le conseil d'administration a décidé à l'unanimité de mettre fin à la collaboration ce jeudi, annonce-t-il dans un communiqué. "Les administrateurs et le personnel de l'UCM remercient Christophe Wambersie du travail accompli pour la défense et la promotion des indépendants et des PME francophones".

Le conseil a également décidé de "redéfinir la fonction de secrétaire général, à la lumière des nouveaux statuts votés en mars, avant d'ouvrir les candidatures". En attendant de trouver un remplaçant, c'est le président, Philippe Godfroid, qui assurera la bonne marche des opérations.

Cependant, le porte-parole de l'UCM a tenu à préciser que cette rupture n'avait aucun rapport avec la présence de Christophe Wambersie au rassemblement du MR le 1er mai, comme certains sites l'évoquent, ni avec l'inculpation pour corruption passive dans le dossier Citadelle, le méga-complexe qui devait s'installer à Farciennes, dont il fait l'objet.

"L'administration de l'UCM n'était plus satisfaite de sa gestion et de sa façon de fonctionner. Il n'a toutefois pas fait de faute grave", précise Thierry Evens.

Christophe Wambersie avait pris la succession de Pierre Colin au poste de secrétaire général de l'UCM en juin 2008. Le conseil d'administration a décidé à l'unanimité de mettre fin à la collaboration ce jeudi, annonce-t-il dans un communiqué. "Les administrateurs et le personnel de l'UCM remercient Christophe Wambersie du travail accompli pour la défense et la promotion des indépendants et des PME francophones". Le conseil a également décidé de "redéfinir la fonction de secrétaire général, à la lumière des nouveaux statuts votés en mars, avant d'ouvrir les candidatures". En attendant de trouver un remplaçant, c'est le président, Philippe Godfroid, qui assurera la bonne marche des opérations. Cependant, le porte-parole de l'UCM a tenu à préciser que cette rupture n'avait aucun rapport avec la présence de Christophe Wambersie au rassemblement du MR le 1er mai, comme certains sites l'évoquent, ni avec l'inculpation pour corruption passive dans le dossier Citadelle, le méga-complexe qui devait s'installer à Farciennes, dont il fait l'objet."L'administration de l'UCM n'était plus satisfaite de sa gestion et de sa façon de fonctionner. Il n'a toutefois pas fait de faute grave", précise Thierry Evens.