"Nous avons déjà demandé cette audition en septembre. Les déclarations précises de la ministre dans les médias, qui a notamment admis avoir rencontré à cinq reprises les personnes concernées et envoyé un courrier aux instances d'Enodia et de Nethys, justifie encore davantage cette requête", a ainsi plaidé le chef de groupe cdH au parlement régional, François Desquesnes. "Le problème, dans cette affaire, c'est qu'il y a une action judiciaire; il y a une expression médiatique. Mais il n'y a pas de contrôle parlementaire sur le dossier. Nous demandons donc que ce qui se dit dans les médias se dise aussi au niveau du parlement", a renchéri le député PTB Germain Mugemangango. "L'histoire est en marche. Mais il y a un certain temps à respecter. Un temps politique; un temps judiciaire. Un temps aussi pour les conseils d'administration et les assemblées générales. Il faut respecter ça et garder son sang froid en ne perdant pas de vue l'objectif que nous partageons tous: l'ensemble des recommandations de la commission Publifin doivent être appliquées", leur a répondu Laurent Devin (PS). Sans surprise, la demande d'auditions, dont celle de Valérie De Bue, a été rejetée majorité contre opposition. (Belga)