Les parlementaires se sont exprimés lundi soir en séance plénière au sujet de la déclaration gouvernementale d'Oliver Paasch du 18 septembre dernier. L'opposition s'est montrée relativement critique par rapport aux grandes lignes de la politique qui sera mise en ?uvre. Si le chef du gouvernement avait insisté sur l'importance de la politique de la famille, Michael Balter (Vivant), estime que "la politique de la famille ainsi présentée n'a rien à voir avec la famille et s'apparente plutôt à une description des mesures prises par le gouvernement pour augmenter l'offre en matière de garde d'enfants." Le CSP, reproche pour sa part au gouvernement de ne pas répondre assez concrètement à des problématiques qui concernent le quotidien de la population. "Pourquoi les citoyens qui habitent les communes du nord de la Communauté germanophone doivent-ils se rendre à Saint-Vith, à Tongres ou à Liège pour subir une IRM ? Qu'en est-il du nombre de places dans les maisons de repos ?", a interrogé Daniel Franzen. Le CSP a aussi insisté sur la nécessité de pérenniser les hôpitaux d'Eupen et de Saint-Vith et d'ainsi assurer une offre de soins de santé en allemand. Concernant les allocations familiales, le CSP demande des explications claires en commission et un débat transparent au Parlement. De leur côté, les écologistes ont notamment regretté l'absence de progrès en matière de gratuité de l'enseignement secondaire. Alfred Mockel a aussi pointé du doigt le fait que les sujets concernant l'énergie sont souvent repoussés à plus tard alors que cette compétence devrait prochainement être transférée à la Communauté germanophone. (Belga)

Les parlementaires se sont exprimés lundi soir en séance plénière au sujet de la déclaration gouvernementale d'Oliver Paasch du 18 septembre dernier. L'opposition s'est montrée relativement critique par rapport aux grandes lignes de la politique qui sera mise en ?uvre. Si le chef du gouvernement avait insisté sur l'importance de la politique de la famille, Michael Balter (Vivant), estime que "la politique de la famille ainsi présentée n'a rien à voir avec la famille et s'apparente plutôt à une description des mesures prises par le gouvernement pour augmenter l'offre en matière de garde d'enfants." Le CSP, reproche pour sa part au gouvernement de ne pas répondre assez concrètement à des problématiques qui concernent le quotidien de la population. "Pourquoi les citoyens qui habitent les communes du nord de la Communauté germanophone doivent-ils se rendre à Saint-Vith, à Tongres ou à Liège pour subir une IRM ? Qu'en est-il du nombre de places dans les maisons de repos ?", a interrogé Daniel Franzen. Le CSP a aussi insisté sur la nécessité de pérenniser les hôpitaux d'Eupen et de Saint-Vith et d'ainsi assurer une offre de soins de santé en allemand. Concernant les allocations familiales, le CSP demande des explications claires en commission et un débat transparent au Parlement. De leur côté, les écologistes ont notamment regretté l'absence de progrès en matière de gratuité de l'enseignement secondaire. Alfred Mockel a aussi pointé du doigt le fait que les sujets concernant l'énergie sont souvent repoussés à plus tard alors que cette compétence devrait prochainement être transférée à la Communauté germanophone. (Belga)