Les discussions sont "allées aussi loin que possible" du fait de "la faiblesse et de l'instabilité croissantes" du gouvernement conservateur, a-t-il écrit dans une lettre adressée à la Première ministre britannique May, qui a été sommée la veille par son propre parti de préparer son départ dès juin. Les rejets successifs par les députés britanniques de l'accord de retrait de l'UE - négocié entre Mme May et les Européens - ont déjà contraint Londres à demander deux fois au reste de l'UE un report de la date de sa sortie, initialement prévue le 29 mars et désormais fixée au 31 octobre au plus tard. Face à l'impasse parlementaire, le gouvernement et l'opposition travailliste avaient entamé début avril des pourparlers pour trouver un compromis sur la future relation entre leur pays et l'UE. Ces discussions sont désormais rompues. (Belga)