Une série de questions sont adressées mardi après-midi au ministre mais elles ne portent pas sur la crise du coronavirus, thème pourtant quasiment hebdomadaire de cette commission. Plusieurs députés auraient voulu interroger le ministre sur la campagne de vaccination qui commence dans les maisons de repos, notamment sur le délai de mise en oeuvre de l'opération comparé à d'autres pays ou les choix des premiers bénéficiaires du vaccin. Dans un courrier adressé au ministre, un collectif de médecins estime que les soignants doivent recevoir la priorité car ils sont en première ligne de la pandémie. M. Vandenbroucke est prêt à mener un débat sur cette question encore cette semaine mais dans un cadre organisé, avec les responsables de la taskforce en charge de la vaccination, vu la grande sensibilité du sujet, a expliqué une députée de son parti, Karin Jiroflée (sp.a), qui a rappelé les "fake news" circulant sur les réseaux sociaux. L'opposition a voulu requérir le ministre, en vain. "Je veux poser des questions sur la responsabilité du ministre Vandenbroucke. Il nous a promis que cette campagne de vaccination allait démarrer sur les chapeaux de roue, qu'on serait prêt le 5 janvier et qu'on pouvait l'en tenir responsable. Aujourd'hui, il refuse de venir en parler au parlement", s'est insurgée Sofie Merckx (PTB). La N-VA et le Vlaams Belang voulaient également entendre le ministre. "Aujourd'hui, nous devons absolument débattre de tout ce qui ne va pas", a souligné Kathleen Depoorter (N-VA). Le point sera sans doute évoqué une nouvelle fois à 14h au début de la séance des questions au ministre. (Belga)

Une série de questions sont adressées mardi après-midi au ministre mais elles ne portent pas sur la crise du coronavirus, thème pourtant quasiment hebdomadaire de cette commission. Plusieurs députés auraient voulu interroger le ministre sur la campagne de vaccination qui commence dans les maisons de repos, notamment sur le délai de mise en oeuvre de l'opération comparé à d'autres pays ou les choix des premiers bénéficiaires du vaccin. Dans un courrier adressé au ministre, un collectif de médecins estime que les soignants doivent recevoir la priorité car ils sont en première ligne de la pandémie. M. Vandenbroucke est prêt à mener un débat sur cette question encore cette semaine mais dans un cadre organisé, avec les responsables de la taskforce en charge de la vaccination, vu la grande sensibilité du sujet, a expliqué une députée de son parti, Karin Jiroflée (sp.a), qui a rappelé les "fake news" circulant sur les réseaux sociaux. L'opposition a voulu requérir le ministre, en vain. "Je veux poser des questions sur la responsabilité du ministre Vandenbroucke. Il nous a promis que cette campagne de vaccination allait démarrer sur les chapeaux de roue, qu'on serait prêt le 5 janvier et qu'on pouvait l'en tenir responsable. Aujourd'hui, il refuse de venir en parler au parlement", s'est insurgée Sofie Merckx (PTB). La N-VA et le Vlaams Belang voulaient également entendre le ministre. "Aujourd'hui, nous devons absolument débattre de tout ce qui ne va pas", a souligné Kathleen Depoorter (N-VA). Le point sera sans doute évoqué une nouvelle fois à 14h au début de la séance des questions au ministre. (Belga)